NOUVELLES
30/03/2015 08:28 EDT | Actualisé 30/03/2015 11:46 EDT

Yémen: au moins 45 civils tués dans un raid aérien

SANAA, YEMEN - MARCH 26: Yemeni men search for survivors in rubble of buildings after airstrikes of a 10-member coalition of Gulf countries in Yemeni capital Sanaa on March 26, 2015. Saudi Arabia has launched military operations in Yemen, as part of a coalition of over 10 countries in response to a direct request from the legitimate government of Yemen, against the Shiite Houthi group, which seized capital Sanaa and several provinces. (Photo by Mohammed Hamoud/Anadolu Agency/Getty Images)
Anadolu Agency via Getty Images
SANAA, YEMEN - MARCH 26: Yemeni men search for survivors in rubble of buildings after airstrikes of a 10-member coalition of Gulf countries in Yemeni capital Sanaa on March 26, 2015. Saudi Arabia has launched military operations in Yemen, as part of a coalition of over 10 countries in response to a direct request from the legitimate government of Yemen, against the Shiite Houthi group, which seized capital Sanaa and several provinces. (Photo by Mohammed Hamoud/Anadolu Agency/Getty Images)

Au moins 45 civils ont été tués dans un raid aérien sur un camp de déplacés lundi au Yémen, au cinquième jour de la campagne militaire arabe menée par l'Arabie saoudite contre des rebelles chiites soutenus par l'Iran.

Le camp d'Al-Mazrak, qui abrite des Yéménites déplacés par le conflit dans le nord-ouest du Yémen, a été touché lors d'un raid qui a tué 45 personnes et blessé 65 autres, selon un bilan provisoire de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), qui travaille dans ce camp.

Ce bilan est le plus lourd, pour les pertes civiles, depuis le début jeudi dernier de l'intervention au Yémen d'une coalition de neuf pays arabes, menée par Ryad.

Selon des témoins, des ambulances ont eu des difficultés à parvenir à Al-Mazrak en raison de bombardements de la coalition sur la route qui mène au camp.

Ce dernier est situé à moins de dix kilomètres d'un camp militaire, selon des sources de l'administration locale.

Le camp abrite depuis 2009 des Yéménites déplacés par le conflit entre les Houthis et le gouvernement central. Et 500 nouvelles familles y sont arrivées ces deux derniers jours, a indiqué Pablo Marco, chef du programme de Médecins sans frontières (MSF) pour le Moyen-Orient.

Bombardements au nord d'Aden

Une pression maximale a continué à être exercée lundi par la coalition sur les forces hostiles au président Abd Rabbo Mansour Hadi, qui a été conforté par les autres dirigeants arabes réunis en sommet ce week-end en Egypte.

Ces derniers ont prévenu que l'intervention militaire se poursuivrait jusqu'à ce que les rebelles "déposent les armes".

"L'objectif final de l'opération est de réinstaller un gouvernement légitime et de relancer le processus politique. Nous allons y arriver", a affirmé un diplomate du Golfe pour souligner la fermeté de la coalition.

Lundi en fin d'après-midi, le nord de la capitale Sanaa était secoué par des déflagration provoquées par de nouveaux raids aériens, a rapporté un correspondant de l'AFP.

Peu auparavant, un officier de l'armée loyaliste a indiqué que des colonnes de militaires, fidèles à l'ex-président Ali Abdallah Saleh allié aux Houthis, étaient visées au nord d'Aden par des bombardements aériens de la coalition et des "tirs provenant de la mer".

Ces bombardements, qui ont déjà fait 12 morts parmi ces combattants, visent à empêcher ces colonnes d'avancer sur l'aéroport international d'Aden, selon l'officier.

Toujours dans le sud, à Daleh, huits civils ont péri dans des bombardements attribuées par un responsable local à des forces de M. Saleh.

Sept soldats alliés aux rebelles ont par ailleurs péri dans des tirs de forces paramilitaires en tentant d'attaquer l'aéroport d'Aden, selon un officier loyaliste.

Au total, les combats à Aden ont fait une centaine de morts depuis jeudi.

500 Chinois évacués

Entretemps, le pays se vident des derniers étrangers qui ne l'ont pas déjà évacué. Pékin a ainsi annoncé avoir rapatrié en deux jours près de 500 Chinois qui étaient bloqués au Yémen.

Parallèlement à l'offensive militaire, les forces hostiles au président Hadi, actuellement réfugié en Arabie saoudite, subissent également des pressions diplomatiques.

Ahmed Ali Saleh, fils du président déchu, a ainsi été limogé de son poste d'ambassadeur aux Emirats arabes unis par le président Hadi "à la demande" d'Abou Dhabi, ont indiqué lundi des diplomates du Golfe.

Ali Abdallah Saleh, président de 1978 à 2012, est considéré comme l'artisan de la montée en puissance des Houthis contre lesquels son régime avait pourtant mené six guerres.

Il s'est allié à la rébellion, à la suite de son départ forcé du pouvoir il y a trois ans sous la pression de la rue et une médiation des monarchies du Golfe.

Début mars, le parti de l'ex-président a organisé des manifestations à Sanaa pour demander que son fils Ahmed soit candidat à une élection présidentielle anticipée.

Partis de leur fief à Saada (nord), les Houthis, issus de l'importante minorité zaïdite, ont déferlé sur Sanaa en septembre et conquis depuis de vastes régions dans le centre, l'ouest et le sud du Yémen.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Attaques de l'EI au Yémen