NOUVELLES
30/03/2015 11:54 EDT

Des cours annulés à l'UQAM cet après-midi

Radio-Canada

Les activités de perturbation menées par des étudiants en grève forcent l'Université du Québec à Montréal (UQAM) à annuler tous les cours prévus lundi après-midi dans une dizaine de pavillons. Les cours du matin ont aussi été annulés, et le sort de ceux qui doivent avoir lieu en soirée n'a pas encore été déterminé.

Dans un message publié sur son site Internet, l'institution indique que ses pavillons A, J, D, DE, DC, DS, N, W, R, F et Q sont inaccessibles pour l'instant « en raison du blocage et pour des raisons de sécurité ». Elle précise cependant que tous les autres pavillons demeurent ouverts, et que les cours y sont maintenus.

Dans les faits, cette décision touche essentiellement les quelque 14 000 étudiants représentés par l'Association étudiante de l'École des sciences de la gestion, qui ne sont pas en grève. Dans les facultés en grève, des cours peuvent aussi être donnés lorsque les professeurs ou les chargés de cours estiment que les conditions sont propices.

Les étudiants qui sont inscrits à des cours en soirée sont priés de consulter le site Internet de l'UQAM pour savoir s'ils doivent se présenter ou non.

Plus tôt en matinée, une centaine d'étudiants souvent masqués ont bloqué les portes de plusieurs pavillons de l'UQAM pour « dénoncer les mesures d'austérité du gouvernement relayées par notre administration », selon ce qu'indique un tract qu'ils distribuaient.

Les manifestants, plus nombreux devant le pavillon des sciences de la gestion qu'ailleurs, indiquaient d'ores et déjà qu'ils prévoyaient perturber les activités de l'établissement pendant toute la journée. Des étudiants et des employés de l'UQAM ont donc dû rebrousser chemin.

Les contestataires, qui n'ont pas voulu accorder d'entrevue aux médias, ont distribué un feuillet dans lequel ils dénoncent vigoureusement l'UQAM. Ils accusent la direction d'être « complice » des compressions imposées par le gouvernement Couillard.

« On ne s'attaque pas impunément aux services publics et à l'éducation. En protestation, nous avons décidé de bloquer purement et simplement notre établissement. Aujourd'hui, rien ni personne ne peut entrer dans l'université », poursuivent-ils.

« Je ne sais pas si on peut appeler ça de l'intimidation, mais les gens ne nous laissent pas passer. J'ai essayé d'empoigner une poignée de porte, mais aussitôt que j'ai réussi à l'ouvrir, il y a trois ou quatre personnes aux allures hostiles, masquées en plus, qui nous ont empêchés d'entrer », a expliqué Vincent Côté, étudiant en urbanisme.

« La police ne fait pas grand-chose en fait. Ils sont venus me chercher, moi, pour me retirer de là, pour éviter que ça dégénère », a-t-il déploré.

Quelque 40 000 étudiants sont en grève depuis deux semaines.

Avec les informations de Marie-Ève Maheu et d'Olivier Bachand

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Manifestation étudiante du 28 mars 2015 Voyez les images