NOUVELLES
30/03/2015 01:23 EDT | Actualisé 30/03/2015 01:26 EDT

L'imam Hamza Chaoui met en demeure Denis Coderre

Radio-Canada

L'imam Hamza Chaoui fait parvenir une mise en demeure contre le maire Denis Coderre lui réclamant des excuses publiques. À défaut de quoi, il entamera une poursuite en dommages et intérêts.

D'après un reportage d'Azeb Wolde-Giorghis

C'est la première fois qu'Hamza Chaoui accorde une entrevue aux médias. Il affirme avoir été attaqué, et accusé injustement d'être un agent de radicalisation par des élus dont le maire de Montréal.

Aujourd'hui, le jeune imam de 29 ans décide de briser le silence. Nous l'avons rencontré dans le bureau de son avocat. « Je réfute toutes ces accusations, ces déclarations », dit-il. « Je me considère comme un agent de déradicalisation. »

« À travers mes huit années de prédication depuis 2007, je n'ai jamais tenu de propos radical. J'ai incité les jeunes à poursuivre leurs études académiques. »

Hamza Chaoui

Pourtant en janvier 2015, la Ville lui interdit d'ouvrir un centre communautaire islamique dans l'arrondissement Hochelaga-Maisonneuve, évoquant des questions de zonage. Hamza Chaoui est qualifié de controversé, voire radical.

Le maire Denis Coderre disait alors : « Nous avons affaire aujourd'hui à un agent de radicalisation, à un fomenteur de tensions sociales. »

Représenté par son avocat, Habib Rachidi, Hamza Chaoui fait parvenir une mise en demeure au maire Coderre. « Le but de cette mise en demeure est de demander que M. Coderre se rétracte et s'excuse publiquement », soutient Me Habib Rachidi, qui explique que le dossier va bien au-delà du simple cas de son client. « Est-ce qu'une personne qui a une vision des choses ou une opinion qui est différente de la grande majorité des gens peut se faire lyncher publiquement, comme l'a été M. Chaoui? », demande-t-il. « La réponse est non. »

« Si je représente une menace pour la sécurité publique, je ne serais pas devant vous. Je suis libre, je n'ai pas été arrêté. »

Hamza Chaoui

Nous tentons de joindre le maire Denis Coderre pour savoir ce qu'il pense de cette mise en demeure.

Hamza Chaoui a prêché dans plusieurs mosquées, dont celle de Saint-Jean-sur-Richelieu, fréquentée par Martin Couture-Rouleau, le jeune Québécois responsable de l'attentat qui a coûté la vie à l'adjudant Patrice Vincent. L'imam reconnaît l'avoir rencontré lors de ses prêches à la mosquée de Saint-Jean-sur-Richelieu, mais affirme ne pas avoir eu de contacts personnels avec lui.

Quand on lui demande s'il condamne le geste de Couture-Rouleau, l'imam répond qu'il « condamne toute forme de violence, que ce soit la torture, le bombardement ou la décapitation. ».

M. Chaoui croit en la charia dans les pays musulmans. Selon lui, l'islam est incompatible avec la démocratie. Cependant, il affirme qu'il « applique les lois » du Canada et que la charte lui donne le droit de s'exprimer et de critiquer le système.

Hamza Chaoui a des convictions religieuses, certes, mais il affirme ne pas être un fomenteur de tensions sociales.

« Est-ce que j'ai incité à la haine, à la violence ? La réponse est non. »

Hamza Chaoui

L'imam affirme que sa réputation et sa dignité ont été salies, et ses droits fondamentaux, bafoués. Il réclame une lettre d'excuses publiques du maire Coderre d'ici cinq jours, sinon il y aura poursuite en dommages et intérêts.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

De quelles religions sont les Québécois?