POLITIQUE
29/03/2015 09:14 EDT

Course à la chefferie du PQ: deuxième débat officiel, dimanche, à Sherbrooke

Canadian Press

Les cinq candidats à la direction du Parti québécois se sont affrontés sur le thème de la santé et des services sociaux, au deuxième débat officiel organisé par la formation.

Réunis au Cégep de Sherbrooke, Alexandre Cloutier, Martine Ouellet, Pierre Karl Péladeau, Bernard Drainville et Pierre Céré tentent de se démarquer dans cette course à la succession de Pauline Marois.

Les candidats s'entendent sur plusieurs points : limiter la place du privé en santé, favoriser la prévention, améliorer l'accès et défendre le champ de compétence du Québec face à Ottawa.

Certains, comme Bernard Drainvile, ont dit vouloir plus de superinfirmières; d'autres, notamment Martine Ouellet, veulent améliorer l'accès aux CLSC.

Alexandre Cloutier a dit vouloir mettre l'accent sur le dossier informatique. Pour sa part, Pierre Karl Péladeau dit ne pas vouloir de « tutelle » de la part d'Ottawa. Pierre Céré affirme vouloir consulter les travailleurs de la santé pour « reconstruire » le système.

Il y a eu peu de prises de bec entre les candidats. Martine Ouellet a noté que la position de Pierre Karl Péladeau avait évolué et lui a demandé s'il est d'accord pour qu'il y ait moins de privé en santé. « C'est une question qu'il faudra regarder », a répondu M. Péladeau. « Mais une chose est sûre, je ne suis pas pour plus de privé en santé », dit-il.

Alors que le premier débat le 11 mars à Trois-Rivières portait sur l'économie, il est aujourd'hui question de santé et de services sociaux et d'environnement.

La plupart des candidats ont pris la journée de samedi pour se préparer au débat, précise le correspondant de Radio-Canada à l'Assemblée nationale, Hugo Lavallée.

Quelque 500 personnes assistent au débat. La joute est animée par Gilles Gougeon.

Lors du premier débat, le ton entre les aspirants-chefs avait été courtois. Pierre Karl Péladeau, perçu comme le meneur dans cette course, avait été la cible de quelques attaques de ses adversaires.

Martine Ouellet lui avait notamment demandé s'il était d'accord pour réformer la loi sur les briseurs de grève en cas de débrayage ou de lock-out.

De son côté, Bernard Drainville a attaqué la position référendaire de M. Péladeau en lui demandant s'il était favorable, comme lui, à l'utilisation des ressources de l'État pour préparer le Québec à l'indépendance

Trois autres débats auront lieu : le 16 avril à Québec, le 3 mai à Rimouski et le 7 mai à Montréal.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Chefferie du PQ: leurs positions sur la charte et la souveraineté