NOUVELLES
27/03/2015 02:37 EDT | Actualisé 27/05/2015 05:12 EDT

Hijab à la cour: une requête et une plainte déposées

CP

MONTRÉAL - Deux avocats s'adressent à la cour pour obtenir un jugement déclaratoire dans le dossier de Rania El-Alloul, cette musulmane qui n'a pu plaider sa cause devant une juge de la Cour du Québec parce qu'elle avait refusé d'enlever son hijab.

Ils porteront également plainte au Conseil de la magistrature, non pas pour obtenir un blâme contre la juge, mais pour que cette question du port de vêtements religieux soit clarifiée.

Les deux avocats, Mes Julius Grey et Mathieu Bouchard, ont rencontré la presse, vendredi à Montréal, pour expliquer leurs démarches, aux côtés de Mme El-Alloul et d'un représentant du Conseil national des musulmans.

Me Grey assure que le but n'est pas d'obtenir un blâme ou un dédommagement, mais bien de faire déclarer par la Cour supérieure que le port de vêtements religieux doit être permis devant le tribunal et qu'il n'appartient pas à un juge de décider si cela est convenable.

Lorsqu'elle s'est présentée devant la Cour du Québec, le 24 février dernier, Mme El-Alloul cherchait à récupérer sa voiture saisie par la Société de l'assurance automobile du Québec. Toutefois, sa cause n'avait pu être entendue sur le fond, puisque la juge chargée d'entendre la cause avait déterminé que Mme El-Alloul n'était pas vêtue convenablement, comme cela doit être le cas devant un tribunal.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter