NOUVELLES
27/03/2015 05:09 EDT | Actualisé 27/03/2015 05:11 EDT

Canada: recours collectifs contre Takata pour 2,4 milliards de dollars canadiens

Child seats, manufactured by Takata Corp. are displayed at a Toyota Motor Corp.'s showroom in Tokyo Thursday, Nov. 6, 2014. Takata, the Japanese air bag maker embroiled in a massive recall totaling some 12 million vehicles globally, says it's taking more special losses for new recalls and will sink deeper into the red for the fiscal year. Takata said Thursday it will record a 25 billion yen ($218 million) loss for the fiscal year through March 2015. It previously forecast a 24 million yen ($210 million) forecast. (AP Photo/Shizuo Kambayashi)
ASSOCIATED PRESS
Child seats, manufactured by Takata Corp. are displayed at a Toyota Motor Corp.'s showroom in Tokyo Thursday, Nov. 6, 2014. Takata, the Japanese air bag maker embroiled in a massive recall totaling some 12 million vehicles globally, says it's taking more special losses for new recalls and will sink deeper into the red for the fiscal year. Takata said Thursday it will record a 25 billion yen ($218 million) loss for the fiscal year through March 2015. It previously forecast a 24 million yen ($210 million) forecast. (AP Photo/Shizuo Kambayashi)

L'équipementier automobile japonais Takata fait face à trois recours en nom collectif au Canada pour un montant total de 2,4 milliards de dollars canadiens, a indiqué vendredi un cabinet d'avocats.

Cet industriel affronte depuis plusieurs mois un scandale des coussins gonflables défectueux qui a conduit au rappel de plus de 20 millions d'automobiles dans le monde.

Les coussins de sécurité défaillants, produits dans les années 2000, peuvent exploser et projeter des fragments de métal et de plastique sur les passagers.

"Ils fabriquent des produits qui sont comme des grenades qui explosent. Ces équipements sont supposés garantir la sécurité mais ils présentent en fait un danger", a déclaré à l'AFP Tony Merchant du cabinet Merchant Law Group.

Trois cabinets d'avocats, dont Merchant et Rochon Genova qui l'avait fait en janvier, ont déposé des recours en nom collectif portant sur 400 000 véhicules et pour un montant total de 2,4 milliards de dollars canadiens.

Si ces recours étaient retenus par la justice canadienne, ils pourraient dans les prochains mois être fusionnés en une seule procédure, a estimé Tony Merchant.

Ces plaintes concernent principalement des véhicules du constructeur Honda (13 millions rappelés dans le monde), mais également de Nissan, Subaru, Ford, Chrysler et BMW.

Des recours en nom collectif ont également été déposés aux Etats-Unis ces derniers mois.

Les rappels et les poursuites en justice ont été initiés après une dizaine d'incidents majeurs qui ont provoqué au moins cinq décès. Un sixième cas mortel est en cours d'investigation.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Top 10 des autos qu'on rêve d'avoir au Québec