Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Un lieutenant-colonel est accusé d'agression sexuelle et de harcèlement

OTTAWA - Un haut gradé des Forces armées canadiennes a été accusé d'infractions d'agression sexuelle et de harcèlement par le Service national des enquêtes des Forces canadiennes (SNEFC).Le lieutenant-colonel Martin Bernier, ancien commandant du Centre d'instruction de la Base de soutien de la 2e Division du Canada Valcartier, fait face à différents chefs d'accusations, soit deux chefs d'agression sexuelle et deux chefs de harcèlement.Par communiqué, le capitaine de corvette Mike Amirault, commandant intérimaire du SNEFC, a souligné que l'inconduite sexuelle n'était «pas tolérée au sein des Forces armées canadiennes», rappelant que tous les membres des Forces armées canadiennes étaient tenus de «respecter les normes les plus élevées en matière de professionnalisme et de conduite».Le SNEFC estime que ces accusations sont graves et affirment avoir pris les mesures qui s'imposent.Le SNEFC est une unité du Groupe de la Police militaire des Forces canadiennes indépendant. Son mandat consiste à enquêter sur les dossiers de nature grave et délicate touchant les biens et le personnel du ministère de la Défense nationale, ainsi que les membres des Forces armées canadiennes en service au Canada et dans le monde.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.