NOUVELLES
26/03/2015 07:56 EDT | Actualisé 27/03/2015 12:31 EDT

Manifestation contre les mesures d'austérité: une jeune femme blessée au visage (VIDÉO)

Les policiers ont eu recours aux gaz lacrymogènes, hier soir, à Québec lors d'une manifestation étudiante contre l'austérité. Une jeune femme été blessée visage lorsqu'elle a reçu un projectile au moment des affrontements.

L'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) a déploré le geste et dénonce l'utilisation de la force par les forces de l'ordre.

« C'est vraiment scandaleux de voir les interventions policières qui ont eu lieu, ici à Québec, alors que les manifestants essayaient de se disperser et de rejoindre les autobus. Il y a eu beaucoup de violence policière. Une manifestante qui a été blessée au visage par une canette lacrymogène », a déclaré la porte-parole de l'ASSE, Camille Godbout.

Des images circulent depuis sur Twitter:

La manifestation a rapidement été déclarée illégale, mais une seule une personne a été arrêtée pour voies de fait sur un policier.

L'antiémeute déployée

Les policiers antiémeutes sont arrivés peu de temps après le début de la manifestation vers 17 h 30 devant l'Assemblée nationale. Les autorités ont bouclé l'espace autour de la fontaine de Tourny pour empêcher les manifestants de déambuler dans les rues.

La situation a tourné à l'affrontement quand certains d'entre eux ont tenté de forcer un cordon policier pour se rendre sur l'avenue Honoré Mercier.

Les forces de l'ordre ont répliqué avec des gaz lacrymogènes et le rassemblement a aussitôt été déclaré illégal. Les manifestants ont refusé de fournir un itinéraire comme l'oblige un règlement municipal. De nombreux manifestants ont quitté les lieux de façon pacifique, mais quelques centaines sont restés et se sont dirigés sur Grande Allée et les plaines d'Abraham.

Les policiers les ont pourchassés jusqu'aux escaliers qui mènent vers la Basse-Ville et les manifestants se sont dispersés. Du poivre de cayenne a aussi été utilisé par les autorités. La police a déclaré la fin de la manifestation autour de 20 h.

Même si le rassemblement a été déclaré illégal, aucun constat d'infraction n'a été remis. Une situation différente par rapport à mardi soir où 274 personnes ont reçu des constants d'infraction pour avoir participé à une manifestation illégale.

Le maire derrière la police

Quelques heures avant cette deuxième manifestation à Québec cette semaine, le maire Régis Labeaume a dit faire confiance à son service de police pour gérer les manifestations prévues au cours des prochaines semaines.

Il a prévenu les manifestants que la position de la Ville était claire et qu'ils connaissent les règles du jeu.

« Ils connaissent notre comportement. Nous, on est égal. Le choix, ce n'est pas nous qui faisons le choix, ce sont les dirigeants des manifestations qui font le choix de ce qui va se passer », affirme-t-il.

« Vous choisissez qu'il y ait de la pagaille si vous ne donnez pas votre itinéraire. » — Régis Labeaume

Régis Labeaume a ajouté que les policiers font leur travail et que les manifestants qui se plaignent de brutalité policière n'ont qu'eux à blâmer.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Manifestation étudiante du 23 mars à Montréal