Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le président yéménite a fui le pays

SANAA, Yémen - Le président yéménite a fui le pays mercredi pour échapper aux rebelles chiites et à leurs alliés qui avancent inexorablement vers le sud du pays.Des responsables ont indiqué, sous le couvert de l'anonymat, que le président Abed Rabbo Mansour Hadi et son entourage ont quitté en milieu d'après-midi à bord de deux navires qui ont appareillé sous haute sécurité depuis la ville portuaire d'Aden, où il avait trouvé refuge.Par ailleurs, l'ambassadeur saoudien aux États-Unis, Adel al-Jubeir, a affirmé que son pays avait commencé à bombarder des positions des rebelles houthis au Yémen.M. Jubeir a refusé de dire les Saoudiens avaient obtenu l'aide des services de renseignements américains.Les responsables n'ont pas voulu dire quelle direction M. Hadi a pris, mais il doit assister à un sommet arabe en Arabie saoudite dans quelques jours.Plus tôt pendant la journée, les rebelles chiites qui défèrlent sur son pays avaient mis sa tête à prix et annoncé l'arrestation du ministre de la Défense. La station de télévision des rebelles a aussi annoncé la capture d'une base aérienne où des militaires américains et européens agissaient comme conseillers dans la lutte aux militants d'Al-Qaïda.La base aérienne se trouve à seulement 60 kilomètres d'Aden, où M. Hadi avait installé une capitale temporaire après que les rebelles houthis aient pris le contrôle de la capitale officielle, Sanaa.Des témoins ont raconté avoir vu un convoi de véhicules présidentiels quitter mercredi le palais de M. Hadi, au sommet d'une colline d'Aden qui surplombe la mer d'Oman. Un autre convoi a plutôt pris la direction de l'aéroport, où tous les vols sont suspendus. Les rebelles se sont emparés de l'aéroport quelques heures plus tard.Le ministre yéménite des Affaires étrangères, Riad Yassin, a révélé à la chaîne Al-Arabiya avoir officiellement demandé l'intervention militaire de la Ligue arabe. M. Yassin sera présent au Sommet arabe qui doit avoir lieu en Égypte dans quelques jours.M. Yassin affirme que les houthis sont à la solde de l'Iran chiite, une rivale des pays sunnites de la région, et prévient que l'Iran pourrait bientôt prendre le contrôle du Yémen. Les houthis nient être appuyés par l'Iran.La plupart des écoles, commerces et bureaux gouvernementaux d'Aden étaient fermés mercredi. Des actes de pillage sont aussi rapportés.M. Hadi avait appelé cette semaine à une intervention militaire des pays voisins pour contrer les rebelles. Il avait aussi demandé à l'ONU d'imposer une zone d'exclusion aérienne au-dessus du Yémen.La télévision officielle yéménite, qui est contrôlée par les insurgés, a offert une récompense de 100 000 $ US pour la capture du président Hadi, que la communauté internationale reconnaît toujours comme le leader légitime du Yémen.D'autres responsables ont annoncé la capture du ministre de la Défense, le major-général Mahmoud al-Subaihi, et de plusieurs de ses lieutenants dans la ville de Lahj, dans le sud du pays, où les combats contre les houthis se poursuivent. Les captifs ont ensuite été transférés vers Sanaa.Les rebelles ont lancé trois frappes aériennes contre le palais présidentiel d'Aden, sans faire de victimes. M. Yassin affirme qu'ils tentaient d'assassiner M. Hadi.Des responsables militaires affirment que la résistance des forces loyales à M. Hadi et des milices affiliées a réussi à «fragmenter» la progression des houthis vers le sud. Des combats auraient maintenant lieu sur cinq fronts.Un porte-parole des rebelles, Mohammed Abdel-Salam, a nié que leur objectif soit «d'occuper» le sud du pays.«Ils seront à Aden dans quelques heures», a-t-il dit à la chaîne Al-Masirah, qui est contrôlée par les houthis.Al-Masirah rapportait, quelques heures plus tôt, que les rebelles s'étaient emparés de la base aérienne d'Al-Annad, la plus grande du pays, après plusieurs heures de combats.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.