NOUVELLES
26/03/2015 11:47 EDT | Actualisé 26/03/2015 12:21 EDT

Cinq idées pour Montréal, ville intelligente (VIDÉO)

Ne plus attendre son bus ou trouver rapidement une place de stationnement. Comment rendre concrètement Montréal une ville plus intelligente? Survol de 5 idées, certaines réalisées, en chantier ou encore sur la table à dessin avec Harout Chitilian, conseiller municipal responsable des technologies de l'information et de la ville intelligente.

1. SE BRANCHER AU WI-FI GRATUITEMENT, PARTOUT

Un récent inventaire conclut qu'à peine 13 % des espaces publics montréalais (soit les espaces qui appartiennent à la ville, comme les mairies d'arrondissements, les arénas, les bibliothèques) offrent une possibilité de se connecter à Internet gratuitement.

Montréal veut étendre son offre aux citoyens, mais aussi aux touristes et aux congressistes de passage dans la métropole. La Ville veut aussi avoir son mot à dire sur l'offre d'Internet sur le domaine public qui n'appartient pas nécessairement à la Ville.

Offrir Internet est plus complexe qu'il n'en paraît. Parlez-en à la Société de transport de Montréal (STM), qui lançait un premier appel d'offres en 2007 pour étendre un signal partout dans son réseau. Projet qui ne sera finalement complété qu'en 2019, au coût de 50 millions de dollars.

Le coût : à déterminer

Surtout si le privé décide de s'en mêler. Harout Chitilian s'intéresse à un projet soumis par Vidéotron dans le cadre de « Je vois Montréal », et qui propose de déployer un réseau wi-fi gratuit haut débit dans le Quartier des spectacles.

Où en est le projet?

Harout Chitilian affirme que le projet a dépassé le stade des discussions, tant pour les espaces publics que le domaine public. Une annonce devrait être faite dans les semaines à venir.

+++

2. VISUALISER LES CONTRATS OCTROYÉS PAR LA VILLE

Comment assurer une plus grande transparence? En mettant à la disposition du public un outil de recherche pour consulter la teneur des contrats octroyés par la Ville.

Pourquoi une plateforme de recherche est-elle nécessaire? Parce bien que les chiffres soient déjà accessibles, ils ne sont pas intelligibles. Difficile de les analyser ou de les recouper pour en tracer des tendances.

Le coût : 25 000 $

Où en est le projet?

L'outil sera dévoilé en avril ou en mai.

Par ailleurs, un outil d'indicateur de performance en temps réel sera aussi mis en ligne en octobre. Il alors sera possible de comparer la gestion de Montréal à 17 autres villes canadiennes. Aussi : les données budgétaires annuelles bientôt numérisées et mises en forme d'ici le prochain budget.

+++

3. VOIR OÙ SONT LE BUS ET LE MÉTRO EN TEMPS RÉEL

Courir cinq coins de rue pour ne pas manquer son autobus. Puis attendre. Attendre. Attendre. Un scénario connu des usagers du transport en commun, qui ne peuvent en ce moment que consulter un horaire statique qui n'annonce pas les retards.

La STM veut depuis belle lurette informer les usagers en temps réel de la disponibilité du service de transport collectif. La STM a choisi le système de localisation iBus, le même utilisé à Oslo, Seattle et Vancouver... à l'automne 2012. Son introduction a été reportée plusieurs fois depuis.

Quelque 90 bornes d'information seront installées aux stations de métro et aux stations les plus achalandées. Dans les autobus, des afficheurs annonçant le prochain arrêt seront ajoutés et des compteurs de passagers aussi.

Des systèmes de communication entre autobus et feux de circulation permettront éventuellement d'améliorer la fluidité des transports.

Le coût : 170 millions de dollars

Où en est le projet?

Déploiement progressif dans la deuxième moitié de 2015, échelonnée sur un an.

+++

4. SUIVRE LE RAMASSAGE DE LA NEIGE POUR SAVOIR OÙ SE GARER

Info-Neige, c'était la première application concrète présentée par l'administration Coderre pour rendre Montréal plus « intelligente ». Un projet pilote dans cinq arrondissements pour connaître les horaires de déneigement et les restrictions de stationnement.

L'application a été téléchargée 50 000 fois, un grand succès pour laVille (la précédente application développée par la Ville avait eu 500 téléchargements, note Harout Chitilian).

La nécessité pour les employés d'entrer eux-mêmes les informations a causé de nombreuses erreurs. Ce qui pousse la Ville à retourner à la table à dessin, pour automatiser davantage l'extraction des données.

Le coût : de 145 000 $ à 200 000 $

Première phase de développement (2014) : de 45 000 à 50 000$

Amélioration de l'outil et l'automatisation des données (2015-2016) : de 100 000 à 150 000 $

Où en est le projet?

La nouvelle mouture de l'application est prévue pour l'hiver prochain.

+++

5. TROUVER UNE PLACE DE STATIONNEMENT LIBRE, À UN TARIF ADAPTÉ

Imaginez avoir une application qui vous dit où trouver une place de stationnement libre. À San Francisco, des capteurs sont installés partout dans la ville pour permettre de ne plus tourner en rond : économie de temps, mais aussi une économie énergétique et une forme d'atténuation de la circulation, jusqu'à 30 % dans le centre-ville.

La ville de la côte ouest permet non seulement de le faire, mais aussi d'ajuster le coût des places. Plus chères dans les zones occupées, moins chères dans les zones désertées.

Une idée qui inspire Harout Chitilian, mais qui estime que le modèle san franciscain doit être adapté avant d'être adopté, car les capteurs risquent ne survivre longtemps au froid et aux déneigeuses.

Le coût : inconnu

Où en est le projet?

Moyen à long terme. Le projet est encore au stade d'idée et doit d'abord être adopté dans la politique de stationnement de la Ville.

D'autres projets qui pourraient voir le jour

Dans le sac à idées : une plateforme pour consulter la salubrité des restaurants montréalais et une cartographie des actes criminels commis sur le territoire montréalais.

La Ville travaille aussi à la synchronisation des feux de circulation et du branchement de caméras de surveillance de la circulation (les feux ne sont pas tous numériques, certains encore analogues).

Le plus grand défi? Obtenir les données nécessaires, qui appartiennent parfois à la Ville, parfois à la province et parfois au fédéral.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Denis Coderre pour les nuls