Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Des frappes du gouvernement syrien font 18 morts dans le sud du pays

BEYROUTH - Alors que les affrontements dans le sud de la Syrie sont de plus en plus fréquents entre les forces gouvernementales et les rebelles, des frappes aériennes et des tirs d'obus du gouvernement ont fait au moins 18 morts, dont trois enfants, selon des groupes d'opposition.La veille, les rebelles s'étaient emparés de la ville ancienne de Busra Sham, près de la frontière de la Jordanie.Les bombardements de jeudi ont touché un quartier connu sous le nom de Daraa al-Balad, dans la ville de Daraa. D'après l'Observatoire syrien pour les droits de l'homme, 18 personnes ont été tuées. Un militant de la province de Daraa, Ahmad Masalma, a rapporté 21 morts. Étant donné que nombre de blessés reposent dans un état critique, les opposants s'attendent à ce que le bilan augmente.Busra Sham, qui est inscrite au Patrimoine mondial de l'Unesco en raison de sa citadelle historique, de ses ruines et de son amphithéâtre romain bien préservé, était sous le contrôle des troupes du président Bachar el-Assad depuis le début du conflit, il y a quatre ans. Elle était considérée comme un bastion du régime dans la province de Daraa.Les affrontements dans le sud de la Syrie coïncident aussi avec des gains réalisés par les rebelles mercredi dans le nord du pays, près de la ville d'Idlib, la capitale de la province du même nom.D'intenses combats ont fait rage autour d'Idlib jeudi, alors que les rebelles poursuivaient leur offensive contre le bastion du gouvernement.L'Observatoire syrien pour les droits de l'homme, établi à Londres, a affirmé que les rebelles avaient conquis au moins 17 postes de contrôle et avant-postes militaires. Au moins 11 soldats du régime et 17 rebelles auraient été tués au cours des 24 dernières heures.L'offensive rebelle est menée par plusieurs groupes, dont la branche syrienne d'Al-Qaïda, le Front al-Nosra, ainsi que les groupes ultraconservateurs Ahrar al-Sham et Jund al-Aqsa.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.