NOUVELLES
26/03/2015 08:53 EDT | Actualisé 26/03/2015 08:56 EDT

La cruauté de Boko Haram

In this photo taken on Wednesday, Feb. 25, 2015, A family of refugees that fled their homes due to violence from the Islamic extremists group Boko Haram inside a refugee camp in  Minawao, Cameroon. Cameroon officials say prisons are overcrowded with suspected Islamic extremists whose insurgency has spilled from Nigeria. (AP Photo/Edwin Kindzeka Moki)
ASSOCIATED PRESS
In this photo taken on Wednesday, Feb. 25, 2015, A family of refugees that fled their homes due to violence from the Islamic extremists group Boko Haram inside a refugee camp in Minawao, Cameroon. Cameroon officials say prisons are overcrowded with suspected Islamic extremists whose insurgency has spilled from Nigeria. (AP Photo/Edwin Kindzeka Moki)

Le groupe nigérian Boko Haram a tué plus de 1000 civils depuis le début de l'année, en plus de contraindre des centaines des filles et de femmes kidnappées à se convertir à l'islam et à marier des djihadistes, a accusé jeudi un important groupe humanitaire.

Human Rights Watch ajoute que la population du Nigeria est découragée, même si la force multinationale composée de cinq pays africains qui se sont assemblés pour lutter contre les islamistes a récemment réussi à leur reprendre des dizaines de villes et villages.

Le groupe new-yorkais de défense des droits de la personne accuse aussi les forces de l'ordre nigérianes d'avoir incendié un village et tué au moins cinq civils.

Le document dévoilé jeudi se base sur les récits de témoins et sur des informations véhiculées dans les médias. Il reproche au gouvernement nigérian de ne pas faire assez pour protéger les populations civiles.

Le Nigeria se prépare à la tenue d'élections présidentielles samedi. Boko Haram s'oppose à la démocratie et a menacé d'interférer avec le scrutin.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Ce que vous devez savoir sur Boko Haram