NOUVELLES
25/03/2015 18:00 EDT | Actualisé 25/05/2015 01:12 EDT

Les États-Unis lancent des frappes à Tikrit pour aider les forces irakiennes

WASHINGTON - Répondant à une requête du gouvernement irakien, les États-Unis ont commencé à mener des frappes aériennes sur la ville irakienne de Tikrit, mercredi, pour aider les forces sur le terrain qui tentent de repousser les combattants du groupe armé État islamique (ÉI).Un représentant américain a confirmé, sous le couvert de l'anonymat, que des frappes étaient «en cours», sans fournir de plus amples détails.Un journaliste de l'Associated Press sur le terrain a indiqué qu'il avait aperçu plusieurs avions, avant d'entendre plusieurs explosions.Le gouvernement irakien a demandé de l'aide à l'armée américaine pour mener son offensive dans la ville à majorité sunnite, située à environ 160 kilomètres de la capitale, Bagdad.Il s'agit d'une campagne de bombardements plutôt délicate pour l'armée américaine, puisque la bataille de Tikrit implique des milices chiites qui ont été entraînées et équipées par l'Iran, dont les relations ne sont pas des plus harmonieuses avec les États-Unis.L'armée irakienne, qui tente de regagner Tikrit depuis le début du mois de mars, semble avoir perdu l'élan qu'elle avait auparavant. Selon le porte-parole du Pentagone, le colonel Steve Warren, les forces irakiennes ont réussi à encercler la ville, sans toutefois pouvoir avancer davantage.Dans les derniers jours, l'armée américaine a d'ailleurs commencé à effectuer de la surveillance aérienne au-dessus de la ville et elle partage les informations avec le gouvernement du pays, selon le colonel Warren.Le premier ministre irakien Haider al-Abadi a malgré tout prédit que l'armée réussirait son opération prochainement. «Nous avons amorcé la dernière étape de l'opération à Tikrit. Vous allez libérer le territoire, personne d'autre que vous», a-t-il affirmé devant des Irakiens, ne mentionnant pas au passage les tirs aériens des États-Unis.Une coalition internationale menée par les États-Unis tente d'éliminer les combattants du groupe armé État islamique dans le nord de l'Irak et en Syrie voisine.Or, la présence des Iraniens à Tikrit complique les opérations puisque les États-Unis refusent de collaborer avec un pays qu'ils considèrent comme une menace. Au même moment, les États-Unis participent à des négociations sensibles sur le nucléaire iranien en vue d'arriver à un accord.Certains craignent aussi que l'implication des Iraniens puisse creuser davantage le fossé entre les sunnites et les chiites, ce qui pourrait pousser les sunnites à joindre les rangs du groupe armé État islamique.