NOUVELLES
24/03/2015 11:13 EDT | Actualisé 25/03/2015 06:56 EDT

Un millier de bénévoles recensent les itinérants à Montréal (VIDÉO)

Une armée de mille bénévoles et intervenants a sillonné la ville de Montréal entre 20 h et minuit, mardi soir, pour compter et recueillir des informations sur les sans-abri pour mieux connaître le phénomène de l'itinérance et donc mieux le combattre.

Un texte de Thomas Gerbet

Tout le monde les voit, mais combien les regardent? Les Montréalais côtoient l'itinérance au quotidien sans vraiment connaître son ampleur. Certaines études parlent de 1000 sans-abri dans la métropole, d'autres de 30 000.

Pour en avoir le coeur net, la Ville de Montréal a décrété un plan de lutte et a mandaté le Centre de recherche de l'Institut universitaire en santé mentale Douglas, qui s'est allié pour l'occasion au YMCA et aux cinq grands refuges pour sans-abri.

Les bénévoles et les équipes de « Je compte MTL 2015 » se sont répartis dans 220 secteurs de la ville. En plus des rues, ils sont entrés dans les stations de métro, les refuges, les maisons de transition, ainsi que dans des centres commerciaux et des restaurants ouverts 24 heures sur 24.

Tous les passants interrogés

Pour ne pas laisser de place aux préjugés, ils ont interrogé au hasard les personnes qu'ils croisaient, peu importe leur apparence.

Les équipes ont demandé aux passants s'ils avaient un domicile fixe où dormir. Si la réponse était non, d'autres questions s'ajoutaient : est-ce que c'est la première fois, est-ce depuis longtemps, quelles sont les causes ? [divorce, faillite, problème personnel de toute nature, maladie...]. Les bénévoles ont noté aussi des informations sur l'appartenance culturelle des itinérants ou encore leur utilisation des ressources de santé.

Les Montréalais au rendez-vous

Les responsables du projet espéraient mobiliser 600 bénévoles pour l'occasion. Au final, plus de 1000 personnes se sont proposées, et il a même fallu mettre fin au recrutement. « La réaction spontanée des Montréalais est touchante et fascinante », dit le codirecteur du projet, James McGregor.

« Beaucoup de gens disent connaître quelqu'un qui vit ou a vécu l'itinérance. Les gens se sentent interpellés, mais impuissants. Ils pensent que c'est un phénomène qui ne devrait pas exister dans une ville et un pays riches. Ils veulent contribuer à la solution. » — James McGregor, codirecteur du projet Je compte MTL 2015

Deux autres soirées à la recherche de l'itinérance « cachée »

Aujourd'hui et demain, les équipes vont essayer d'identifier l'itinérance moins visible, par exemple les gens qui dorment sur le sofa d'un ami ou d'un parent. Les bénévoles se présenteront dans une soixantaine de centres de jour pour les démunis et dans les soupes populaires pour répéter l'exercice.

Plusieurs méthodologies

Au Canada, les principales villes de l'Ouest ainsi que Toronto et Moncton comptent leurs itinérants depuis quelques années. Aux États-Unis, toutes les grandes villes le font au moins tous les deux ans. Cependant, à New York, seules les personnes qui sont couchées à terre sont comptées.

La Ville de Montréal aimerait répéter l'exercice tous les trois ans. L'agence Conversité va cartographier et traiter les données et le rapport sera remis fin juin.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Montréal la nuit par Luc Girouard