NOUVELLES
23/03/2015 10:03 EDT | Actualisé 23/05/2015 05:12 EDT

Vous ne pouvez pas circuler à Paris aujourd'hui si votre plaque d'immatriculation se termine par un chiffre pair

Police officers check the documents of a driver as they enforce pollution control measures in Paris on March 23, 2015.  French authorities put in place emergency traffic-limiting measures in Paris, as the City of Light and much of northern France suffers from a choking smog.City mayor Anne Hidalgo had asked authorities to prevent one in every two cars from taking to the capital's streets and make all public transport temporarily free in a bid to drive down pollution.  AFP PHOTO / LIONEL BONAVENTURE        (Photo credit should read LIONEL BONAVENTURE/AFP/Getty Images)
LIONEL BONAVENTURE via Getty Images
Police officers check the documents of a driver as they enforce pollution control measures in Paris on March 23, 2015. French authorities put in place emergency traffic-limiting measures in Paris, as the City of Light and much of northern France suffers from a choking smog.City mayor Anne Hidalgo had asked authorities to prevent one in every two cars from taking to the capital's streets and make all public transport temporarily free in a bid to drive down pollution. AFP PHOTO / LIONEL BONAVENTURE (Photo credit should read LIONEL BONAVENTURE/AFP/Getty Images)

La circulation alternée, réponse rare à une pollution exceptionnelle, a été instaurée à Paris lundi, mais ne sera pas prolongée mardi en raison de l'amélioration de la situation.

Quelque 750 policiers étaient mobilisés lundi pour contrôler l'autorisation de rouler accordée aux seules plaques d'immatriculation impaires.

Malgré la grande publicité autour de la mesure durant le week-end, tous ne la respectent pas. «Je travaille moi, j'ai pas de temps à perdre avec ça», lance un automobiliste arrêté à un feu rouge parisien, lorsqu'on lui demande pourquoi il circule, seul, dans une voiture dont l'immatriculation est paire.

Parmi de nombreuses dérogations, les véhicules «propres» (électriques, hybrides, au gaz) ou transportant au moins trois «covoitureurs» peuvent circuler, tout comme ceux assurant des missions de service public (forces de l'ordre, pompiers...) et certains véhicules professionnels (commerciaux et journalistes).

Décidée samedi après un bras de fer entre la mairie de Paris et l'État, la circulation alternée concerne la capitale et 22 communes limitrophes.

«Une centaine de points de contrôle» ont été mis en place à l'intérieur ou aux portes de Paris, ou sur les grands axes vers la capitale. Les forces de l'ordre s'assurent aussi que les poids lourds en transit contournent l'agglomération.

Les contrevenants s'exposent à une amende de 22 euros (près de 30 $), a prévenu la préfecture de police.

Les conducteurs sont aussi invités à réduire de 20 km/h la vitesse maximale.

En contrepartie, les transports en commun sont gratuits.

Cette mesure de circulation alternée n'avait jusqu'à présent été mise en place que deux fois : en 1997 et, plus récemment, le 17 mars 2014.

Elle ne sera pas reconduite mardi 24. «En raison d'une amélioration de la situation aujourd'hui et demain, la circulation alternée n'est pas reconduite mardi», a déclaré la ministre de l'Écologie, Ségolène Royal, saluant «le comportement citoyen des automobilistes qui ont compris la nécessité de cette mesure».

La situation devait s'assainir mardi en raison du retour de la pluie, annoncée pour la mi-journée par Météo-France et qui devrait «nettoyer les particules» dans l'atmosphère, selon Airparif, l'organisme chargé de surveiller la qualité de l'air.

La circulation alternée était entrée en vigueur au septième jour d'un épisode de pollution aux particules fines. Mais elle était réclamée depuis plusieurs jours par la mairesse socialiste de Paris, Anne Hildalgo, et les écologistes, inquiets du niveau de particules à l'origine de cancers, maladies respiratoires ou cardio-vasculaires, ou d'allergies.

Critiquée pour avoir tardé à prendre cette décision, Mme Royal, également socialiste, s'était défendue en affirmant qu'«une décision de restriction des libertés, ça se fait dans le respect de l'État de droit. Il ne faut pas confondre vitesse et précipitation».

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Efficacité environnementale: le classement des pays développés