NOUVELLES
22/03/2015 10:36 EDT | Actualisé 22/03/2015 10:37 EDT

Menaces de l'ÉI : Une liste de 100 militaires américains à abattre

Iraqi Sunni and Shiite fighters pose for a photo with an Islamic State (IS) group flag in the Al-Alam town, northeast of the Iraqi city of Tikrit, on March 17, 2015 after recapturing the town from IS fighters earlier in the month. Loyalists had already failed three times to retake the nearby city of Tikrit, the hometown of Saddam Hussein, which was captured by IS last summer. AFP PHOTO / AHMAD AL-RUBAYE        (Photo credit should read AHMAD AL-RUBAYE/AFP/Getty Images)
AHMAD AL-RUBAYE via Getty Images
Iraqi Sunni and Shiite fighters pose for a photo with an Islamic State (IS) group flag in the Al-Alam town, northeast of the Iraqi city of Tikrit, on March 17, 2015 after recapturing the town from IS fighters earlier in the month. Loyalists had already failed three times to retake the nearby city of Tikrit, the hometown of Saddam Hussein, which was captured by IS last summer. AFP PHOTO / AHMAD AL-RUBAYE (Photo credit should read AHMAD AL-RUBAYE/AFP/Getty Images)

Des pirates informatiques se réclamant du groupe djihadiste de l'État islamique ont publié une liste de 100 militaires américains à abattre, précisant leurs noms et adresses supposés, indique dimanche le centre américain de surveillance des sites islamistes (SITE).

Ce groupe qui se présente comme la « Division des pirates informatiques de l'État islamique » a mis en ligne ces informations sur des membres de différents corps de l'armée américaine, y compris leurs photographies et grades, ajoute le SITE.

Il affirme avoir piraté ces informations sur des serveurs, bases de données et courriels du gouvernement.

Selon lui, les 100 militaires ciblés ont participé à la guerre contre l'EI en Syrie, en Irak et au Yémen.

La réaction américaine : «Vigilance»

Le commandement des Marines américains a appelé dimanche ses personnels à la « vigilance » après la publication d'une liste de 100 militaires américains à abattre par un groupe se réclamant de l'État islamique (EI).

« La vigilance et la protection de la force restent une priorité pour les commandants et leurs personnels », a déclaré dans un communiqué le lieutenant-colonel John Waldwell, du corps des Marines. « Il est recommandé aux Marines et membres de leurs familles de vérifier leurs profils en ligne afin de (...) limiter l'accès aux informations personnelles », a-t-il ajouté.

Interrogés par le New York Times, le département américain de la Défense et le FBI ont dit être informés de ces menaces et enquêter sur le site.

Le journal cite par ailleurs une source militaire qui affirme que les informations publiées sont pour la plupart accessibles au public et que les serveurs du gouvernement ne semblent pas avoir été piratés.

Ces derniers mois, plusieurs médias et institutions américaines ont été piratés par des pirates informatiques se réclamant de l'EI. En janvier, ils avaient ainsi brièvement pris le contrôle des comptes Twitter et YouTube du commandement militaire américain au Moyen-Orient (Centcom), une intrusion embarrassante pour l'armée américaine en pleine guerre contre l'EI en Syrie et Irak.

Pour le commandant de l'OTAN en Europe, il s'agit d'une «diversion»

Le commandant des troupes de l'OTAN en Europe, Philip Breedlove, a estimé dimanche que la publication d'une liste de 100 militaires américains à abattre par un groupe se réclamant de l'État islamique (EI) était une tentative de diversion de la part d'un « califat mis sous pression » sur le champ de bataille.

« Sur l'affaire de la publication par l'Isis (l'une des appellations de l'organisation État islamique, NDLR) de ces informations, ma question est : pourquoi devrions-nous nous attendre à moins, ou à quelque chose de différent? », a déclaré le général américain lors d'un débat organisé à Bruxelles par l'institut américain German Marshall Fund.

« Il s'agit juste d'un moyen sensationnaliste de plus. Nous avons vu ces derniers mois que, chaque fois qu'ils enregistrent une défaite sur le champ de bataille, ou qu'ils sont mis sous pression sur le champ de bataille, ils sortent un gros truc pour faire sensation », a-t-il ajouté.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Qu'est-ce que l'Etat islamique?