NOUVELLES
20/03/2015 07:24 EDT | Actualisé 20/03/2015 07:24 EDT

« Mon fils a été manipulé » — le père d'un jeune parti pour le Moyen-Orient (VIDÉO)

On apprenait cette semaine qu'un septième jeune Québécois avait été porté disparu et qu'il pourrait se trouver au Moyen-Orient pour combattre. Rencontre exclusive avec le père qui, deux mois après le départ de son fils, le pleure toujours.

Un texte de Karine Bastien et de Louis-Philippe Ouimet

Sans avertir ses parents, le 16 janvier dernier, un jeune montréalais de 19 ans quittait le Canada pour la Turquie. Depuis, pas de nouvelle : « Tu n'imagines pas ce que j'ai ressenti. Je suis un autre homme depuis qu'il est parti. Je suis quelqu'un d'autre. Même ma famille en Tunisie n'est pas au courant », dit le père, rencontré devant la résidence de sa famille de quatre enfants.

Il ne s'explique pas cette disparition puisque son fils n'avait pas montré de signe de radicalisation au cours des semaines précédentes : « Moi j'ai perdu mon fils. Il a été manipulé, ou je ne sais pas quoi, pour dire vite les choses. »

Le père affirme qu'il ne s'ingérait pas dans la vie privée de son fils. Son départ a eu des répercussions sur toute la famille : « J'ai perdu mon fils. Je ne sais pas ce qui va se passer. Je suis dans l'enfer depuis qu'il est parti. »

Un autre étudiant du Collège de Maisonneuve

Ce septième jeune porté disparu est le cinquième étudiant du Collège de Maisonneuve à manquer à l'appel. Selon son père, il en était à sa dernière année de cégep et il était inscrit à deux ateliers offerts par le Centre communautaire islamique de l'Est de Montréal d'Adil Charkaoui, situé rue Bélanger. Il était très important pour la famille qu'il apprenne l'arabe : « Il n'est pas pratiquant à 100 %, mais c'est un gars correct », confie le père.

Onde de choc dans la communauté

Critique au sujet de certains articles et reportages portant sur les disparitions, le père du septième jeune porté disparu est aussi inquiet pour la communauté musulmane. Il craint une stigmatisation des musulmans d'ici et d'ailleurs : « On est rendu une communauté à exterminer », dit-il. « Ça fait 30 ans que je suis ici et j'ai toujours payé mes impôts », ajoute-t-il.

L'avenir

Attristé, le père du jeune musulman de 19 ans porté disparu espère qu'un jour il reverra son fils sain et sauf. Au fait de l'actualité et du contexte politique au Moyen-Orient, il ne peut s'empêcher de penser au pire. « J'avais deux filles et deux garçons, maintenant j'ai deux filles et un garçon », conclut-il.

INOLTRE SU HUFFPOST

Qu'est-ce que l'Etat islamique?