DIVERTISSEMENT
20/03/2015 02:15 EDT | Actualisé 20/03/2015 02:17 EDT

Luc Guérin relève le grand défi des «Intouchables» (ENTREVUE)

Courtoisie

Luc Guérin affirme avoir été sonné lorsque le metteur en scène, René Richard Cyr, lui a proposé de jouer Philippe, le riche tétraplégique des Intouchables, dans l’adaptation théâtrale du troisième film français le plus populaire de l’histoire au Québec (derrière Astérix et Obélix: Mission Cléopâtre et Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain). Qu’à cela ne tienne, le comédien partagera la scène avec Antoine Bertrand, dès le 24 mars.

« J’étais très content que René Richard ait pensé à moi, mais ça me faisait peur de toucher à un tel succès du cinéma, précise Luc Guérin. Quand on a fait une première lecture avec Antoine, j’ai compris qu’une bonne histoire restait une bonne histoire, peu importe si on en avait fait un film avant. »

Au-delà des contraintes de l’adaptation théâtrale, Luc Guérin voyait dans les Intouchables un énorme défi d’interprétation, lui dont le personnage est incapable de bouger les jambes, les bras et le reste de son corps. « Pour bien me préparer et respecter mon personnage, j’ai visité l’Institut de réadaptation Gingras Lindsay et rencontré un tétraplégique, François Dumoulin. Il a été d’une générosité extraordinaire. Il m’a appris beaucoup de choses sur son état d’esprit et la paix qu’il avait faite avec plusieurs éléments. »

Quand est venu le temps de se glisser dans la peau de Philippe en répétitions, l’acteur a tout de même ressenti un profond sentiment de colère pendant plusieurs semaines. « Je me levais la nuit en grinçant des dents, tant j’étais habité par la frustration. J’ai toujours été un acteur physique, mais je ne pouvais plus utiliser mon corps pour jouer. Je me sentais démuni pour réagir pendant une chicane. Avec le temps, j’ai réalisé que je devais accueillir cette frustration et l’utiliser sur scène. »

Handicapé physiquement, Philippe développera une amitié inattendue avec Louis, un être handicapé socialement. « Louis sort de prison. Il est pauvre monétairement, culturellement et intellectuellement. Il est loin d’être con, mais il n’a pas accès à ça. Sa rencontre avec Philippe sera d’autant plus riche. Les deux hommes vont se transformer mutuellement. Louis vit aux crochets de la société et sa mère n’est pas fière de le voir sortir de prison, alors que Philippe est handicapé et dans le deuil de sa femme. Les deux ont quelque chose à réparer. »

Un duo marquant

Avec un amalgame d’irrévérence, d’intégrité et d’affection désintéressée, Louis agira à titre d’aide personnelle auprès de Philippe, dont le quotidien est entravé par son incapacité physique. « Le personnage d’Antoine prend soin du mien à tous moments. C’est très spécial que quelqu’un nous aide à manger et nous essuie la bouche. Mais ça n’a rien d’un acte de soumission. Je trouve ça beau à voir. »

Alors que les cinéphiles se rappellent très bien de la complicité qui unissait les acteurs du film, François Cluzet et Omar Sy, la production théâtrale devait trouver un tandem capable d’exprimer le lien unique entre les deux hommes. Questionné sur son partenaire de jeu, Luc Guérin ne tarissait pas d’éloges. « Antoine Bertrand est un être humain d’une grande profondeur et doté d’un talent gigantesque. Quand on se retrouve sur scène, il se passe quelque chose entre nous et j’espère que les gens vont le sentir dans la salle. »

Le combat des chefs

Guérin retrouvera René Richard Cyr d’ici peu. Le metteur en scène dirigera le comédien et ses acolytes Benoit Brière et Martin Drainville dans Le combat des chefs, une pièce qui sera présentée tout l’été au Théâtre du Vieux-Terrebonne. Luc Guérin la décrit comme une comédie vintage.

« On se retrouve à Niagara Falls en 1932, pendant la prohibition. Un hôtel est sur le point d’ouvrir ses portes et les employés attendent l’arrivée d’un chef français, qui est aussi chanteur d’opéra. Finalement, il ne pourra pas se rendre, puisqu’il a des activités communistes à son dossier, ce qui ne passe pas au Canada. Je joue le rôle d’un autre chef en quête de travail, à qui l’on demande de se faire passer pour le grand chef, accent français y compris. C’est vraiment une pièce avec le calibre et les standards du théâtre en saison. »

Intouchables sera présenté au Rideau Vert du 24 mars au 26 avril, en supplémentaires à la Salle Pierre-Mercure du 6 au 10 mai et à L’Étoile Banque Nationale du 20 au 23 mai. Cliquez ici pour plus de détails www.rideauvert.qc.ca

Le combat des chefs sera présenté du 11 juin au 29 août au Théâtre du Vieux-Terrebonne. Cliquez ici pour plus de détails.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

25 pièces de théâtre à voir en 2015