NOUVELLES
20/03/2015 02:41 EDT | Actualisé 20/05/2015 05:12 EDT

L'Italie dévoile une villa de Pompéi rénovée pour respecter un échéancier de l'UE

Restores walk in the Roman Villa of the Mysteries (Villa dei Misteri) which was newly restored and re-opened to the public in the archaeological site of Pompeii, in Italy, on March 20, 2015. AFP PHOTO / MARIO LAPORTA        (Photo credit should read MARIO LAPORTA/AFP/Getty Images)
MARIO LAPORTA via Getty Images
Restores walk in the Roman Villa of the Mysteries (Villa dei Misteri) which was newly restored and re-opened to the public in the archaeological site of Pompeii, in Italy, on March 20, 2015. AFP PHOTO / MARIO LAPORTA (Photo credit should read MARIO LAPORTA/AFP/Getty Images)

POMPÉI, Italie - L'Italie a dévoilé vendredi la restauration du joyau de la couronne de l'ancienne ville de Pompéi, témoignant d'un rare succès dans le cadre d'un programme de préservation si mal géré qu'il risque de perdre son financement européen et d'être chassé de la liste du Patrimoine mondial de l'Unesco.

Le ministre de la Culture Dario Franceschini a coupé le ruban inaugural de la Villa des Mystères, un domaine spectaculaire en périphérie du centre de Pompéi où on retrouve certaines des fresques les mieux préservées du site.

M. Franceschini a déclaré que, si des problèmes persistent à Pompéi, l'Italie a «tourné la page» et qu'elle est maintenant en voie de respecter les demandes de l'Union européenne, qui exige qu'elle consacre d'ici la fin de l'année 105 millions d'euros en fonds européens à des projets d'entretien et de restauration.

Seulement trois projets ont été complétés, 13 sont en chantier et des contrats de 65 millions d'euros ont été octroyés, ont dit des responsables. De plus, 85 personnes ont été embauchées pour travailler sur le site, qui a reçu l'an dernier 200 000 visiteurs de plus qu'en 2013.

Pompéi a été détruite en l'an 79 par l'éruption du volcan Vésuve, faisant des milliers de morts et ensevelissant la ville sous six mètres de cendres volcaniques.

La cendre a toutefois aussi préservé des vestiges de la vie ancienne, et à ce jour seulement les deux tiers des 150 acres de la ville ont été excavés.

L'effondrement de la Villa des Gladiateurs, en 2010, et d'autres dommages ont tellement inquiété la communauté internationale que l'UE a débloqué du financement et que l'Italie a mis sur pied un petite administration pour gérer le chantier, dans l'espoir d'empêcher qu'il ne soit infiltré par la mafia.

Le projet de l'UE exigeait notamment que le site soit renforcé et qu'un système d'évacuation des eaux soit construit. Mais la bureaucratie italienne chronique a engendré de tels délais que l'UE a prévenu l'Italie qu'elle perdrait l'argent s'il n'avait pas été utilisé d'ici le 31 décembre.

De son côté, l'Unesco a menacé d'expulser Pompéi de sa liste du Patrimoine mondial, un honneur qui attire plusieurs des deux millions de personnes qui visitent le site chaque année. Une inspection réalisée par l'Unesco en novembre a toutefois constaté que des progrès ont été réalisés.

M. Franceschini a cité le rapport de l'agence onusienne, dans lequel on peut lire que les questions concernant la place de Pompéi sur la liste ont été «surmontées» et qu'il y a eu «un changement profond» quant au comportement des administrateurs.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

10 sites classés au Patrimoine mondial de l'UNESCO