NOUVELLES
18/03/2015 09:31 EDT | Actualisé 18/03/2015 09:40 EDT

La prison avec sursis pour Dieudonné qui se sentait «Charlie Coulibaly»

PC

Le parquet avait requis 30 000 euros d'amende (40 000$CAN). C'est finalement à une peine de deux mois de prison avec sursis que Dieudonné a été condamné mercredi 18 mars.

Le polémiste était poursuivi pour apologie du terrorisme pour un message sur Facebook dans lequel il écrivait "Je me sens Charlie Coulibaly". Le message litigieux avait été diffusé sur Facebook le 11 janvier, alors que des millions de personnes à travers le pays venaient de rendre hommage aux 17 victimes des attentats ayant visé Charlie Hebdo, des policiers et des juifs.

"Il sait justement qu'il va être borderline"

Dieudonné M'Bala M'Bala qualifiait la marche d'"instant magique égal au Big Bang qui créa l'Univers". "Sachez que ce soir, en ce qui me concerne, je me sens Charlie Coulibaly", ajoutait-il, associant le slogan de soutien au journal satirique, "Je suis Charlie", au nom d'Amédy Coulibaly, qui a tué quatre juifs dans un supermarché casher et une policière municipale.

Dans son réquisitoire, la représentante du ministère public Annabelle Philippe a estimé que Dieudonné présentait "sous un jour favorable les actes commis par Amédy Coulibaly" et mettait sur le même plan les victimes des attentats et l'un de leurs auteurs.

"Il sait parfaitement jouer des mots, c'est son métier", a-t-elle souligné, "il pèse chacun de ses mots, il sait justement qu'il va être borderline".

"Toujours faussement ambigus"

La magistrate s'en est prise aux explications fluctuantes de Dieudonné, qui tient "des propos qui sont toujours volontairement provocateurs et toujours faussement ambigus".

A la barre, l'humoriste controversé a dit condamner "sans aucune retenue et sans aucune ambiguïté les attentats" et a expliqué s'être senti "exclu" de la marche du 11 janvier, avoir le sentiment d'être traité comme un "terroriste", un "paria", un "pestiféré". Il a affirmé que ses avocats s'étaient rapprochés du ministère de l'Intérieur pour qu'il participe à la marche à Paris, sans aucune réponse, selon lui.

Il a affirmé avoir finalement participé à une marche dans la commune où il habite en Eure-et-Loir, sans convaincre les associations qui se sont constituées parties civiles.

A l'issue des plaidoiries de ses avocats, le tribunal devrait mettre son jugement en délibéré, vraisemblablement à une date ultérieure.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Ils sont Charlie Voyez les images