BIEN-ÊTRE
18/03/2015 10:09 EDT | Actualisé 18/03/2015 10:12 EDT

Pourquoi payer plus cher pour la classe affaires?

Courtoisie

La dénomination classe affaires ou Business Class a vu le jour en 1978 avec Air France. C’est en quelque sorte la Première d’autrefois, la Première s’étant élevée à des niveaux devenus si luxueux qu’on la nomme dorénavant la Première Luxe. De très bons exemples de Première luxe sont les suites privées d’Émirats, incroyablement luxueuses. Mais revenons à nos affaires.

Combien coûte un billet en classe affaires comparativement à la classe économique?

Nous avons demandé à un expert du voyage, Martin Gévry, spécialisé en congrès internationaux, de nous sortir les prix pour un voyage aller-retour pour une personne sans escale à destination de l’Europe. Voici donc la différence entre le prix en classe économie et en classe affaires sur le même numéro de vol, pour une même date. Les prix peuvent varier selon la saison et la journée. Ce n’est qu’à titre indicatif.

Air France (Montréal-Paris) 1 billet économie 989,14 $, classe affaires 3 809,23 $

Swiss (Montréal-Zurich) 1 billet économie 1 005,00 $, classe affaires : 4 389 $

KLM (Montréal-Amsterdam) 1 billet économie 1 384,72 $, classe affaires : 3 492,89 $

Air Canada (Montréal-Francfort) 1 billet économie 1 405,66 $, classe affaires : 4 489,66 $

Ce n’est donc pas donné! Mais pourquoi les gens d’affaires sont-ils prêts à payer autant?

Afin de pousser au bout mes réflexions, j’ai fait l’essai de la classe affaires de Swiss pour vous donner mes impressions. Je me suis alors mise dans la peau d’une dirigeante d’entreprise, pour qui le temps c’est de l’argent. Je dois aller négocier un contrat à Zurich, la rencontre a lieu demain, je prends le vol de nuit. Je n’ai pas une journée à perdre et certainement pas le temps de me remettre d’un décalage horaire avec une petite sieste. Je dois donc arriver fraîche et dispose, le veston bien repassé et surtout bien reposée pour avoir les idées claires.

Enregistrement prioritaire: au lieu de l’éternelle attente en ligne avec nos valises entre les serpentins interminables faits de poteaux et de bandes de tissus ou devant les machines d’enregistrement qui vous redemandent trois fois votre passeport, nous voilà déjà au comptoir et en cinq minutes nos bagages sont enregistrés. On a même droit à un surplus de poids sans frais pour nos valises. Merci et bon vol!

lounge classe affaires

Le Salon Swiss pour l’attente entre deux vols à Zurich

Le Lounge : puisqu’il faut se présenter trois heures à l’avance pour un vol international et qu’il nous reste maintenant 2h55 à perdre, l’espace VIP auquel nous donne droit la classe affaires est une bénédiction. Un véritable oasis, où l’on se retrouve dans une ambiance feutrée, confortable et chic. On profite de ce temps, au lieu d’être assis en rang d’oignon, pour prendre un verre, déguster un repas léger, rédiger ou discuter affaires. Tout est à volonté et c’est compris dans le prix. On peut aussi regarder les avions décoller par les immenses fenêtres et rêvasser, le grand luxe.

Embarquement : on nous appelle en premier et le temps que tout le monde s’installe, on savoure déjà notre premier verre de champagne dans une jolie flute en cristal. Pas de plastique en classe affaires!

Nos vêtements bien rangés sur des cintres : sur le dossier devant nous est accroché un gros cintre en bois. Une fois qu’on y a posé notre veston, l’agent de bord vient le chercher avant le décollage question de bien ranger nos vêtements pour qu’ils soient impeccables à la descente. Pas de veston plié en quatre et serré entre deux valises dans le compartiment du haut.

Beaucoup plus d’espace et des sièges qui se transforment en lit : nos sièges sont si larges et espacés qu’on pourrait asseoir un autre passager entre nous. Pour le confort c’est impressionnant. Il y a même une touche pour actionner un mécanisme de massage. On peut aussi poser nos pieds sur un repose-pied et faire basculer notre siège dans toutes les positions, du La-Z-Boy à la position couchée. Comme ils nous avaient remis une petite trousse de passager contenant une paire de bas, des écouteurs, un bandeau pour les yeux pour nous protéger de la clarté, des bouchons pour les oreilles, un oreiller et une couverture; tomber endormie n’a pas été très difficile.

repas classe affaires

Le tartare de truite saumonée à la crème de raifort

Des repas gastronomiques : je ne pensais pas qu’ils arriveraient à me servir un repas de cette qualité et pourtant. Cabaret, nappe blanche, ustensiles de métal et verres en verre délicat comme dans un bon restaurant. Sur le vol de retour par exemple, ce sont les produits du Tessin qui sont mis à l’honneur, c’est le chef suisse Andreas Schwab du Ristorante Boutique Hotel Tentazioni de Cavigliano récompensé d’une étoile Michelin qui a prévu un tartare de truite saumonée à la crème au raifort en entrée et une épaule d’agneau braisée accompagnée de quenelles de pain du Vallemaggia. Le repas se termine par un tiramisu revisité. Le champagne (du vrai) et les vins sont aussi d’excellente qualité. On est loin de la pizza réchauffée dans une boîte de carton! D’accord, j’exagère, me voilà à comparer le service des charters super économiques à destination du sud, mais quand même!

Monsieur Gévry nous confie qu’il n’y a pas que les avantages de confort, de qualité de la gastronomie ou des vins qui vont inciter à l’achat d’un billet affaires, ce sont aussi des avantages non négligeables comme une meilleure flexibilité au niveau des annulations effectuées par les voyageurs. Il est vrai que ma rencontre à Zurich aurait bien pu être reportée à la dernière minute.

Notre avion nous dépose à 6:00 du matin, heure de la Suisse à Zurich et je suis en très bonne forme. Je n’ai pas tenté l’expérience sur d’autres lignes aériennes, mais j’ai fait des centaines de vols en économie et je peux vous dire que c’était vraiment la classe! Imaginez en Première Luxe! Ah, la vie des gens riches et célèbres…

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Le 787 Dreamliner d'Air Canada