NOUVELLES
18/03/2015 08:31 EDT | Actualisé 18/05/2015 05:12 EDT

Huit suspects sont finalement arrêtés pour le massacre de Srebrenica

ASSOCIATED PRESS
This photo taken on Saturday, March 7, 2015 shows a now abandoned warehouse where over 1,000 Muslim Bosniak men and boys had been killed in July 1995 in the village of Kravica on the outskirts of Srebrenica, 150 kms northeast of Sarajevo. Prosecutors tell The Associated Press they have made Serbia's first arrests of people suspected of carrying out the 1995 Srebrenica massacre of Bosnian Muslims, Europe's worst civilian slaughter since World War II. (AP Photo/Sulejman Omerbasic)

SREBRENICA, Bosnie-Herzégovine - La police serbe a arrêté mercredi huit hommes qui auraient participé au massacre de Srebrenica en 1995, pendant lequel quelque 8000 hommes et garçons musulmans ont été tués.

Il s'agit du pire massacre civil commis en Europe depuis la Deuxième Guerre mondiale. Il s'agit également de la seule atrocité qualifiée de génocide en Europe par l'ONU depuis la fin du conflit mondial.

Les huit hommes épinglés lundi sont soupçonnés d'avoir massacré 1000 musulmans dans un entrepôt près de Srebrenica, ont indiqué à l'Associated Press des procureurs serbe et bosniens.

Sept suspects ont été interpellés lors de perquisitions menées avant l'aube, mercredi. Le huitième homme a été arrêté plus tard pendant la journée, après avoir été traqué par la police.

Le procureur serbe en chef pour les crimes de guerre, Vladimir Vukcevic, a expliqué à l'Associated Press que les huit suspects étaient tous membres d'une escouade spéciale de la police serbe bosnienne.

Dans le passé, la Serbie a traduit en justice des hommes qui ont emmené un groupe de prisonniers de Srebrenica pour être tués. Puis, en 2011, la Serbie a arrêté le chef de guerre responsable du massacre, le général Ratko Mladic, et l'a confié à la Cour pénale internationale, à La Haye.

Les arrestations de mercredi représentent toutefois la première tentative de la Serbie de traduire en justice les hommes qui ont du sang sur les mains. Le massacre de Srebrenica se sera produit il y a 20 ans en juillet.

«Il est important de rappeler que c'est la première fois que le bureau de notre procureur s'attaque au massacre de civils et de prisonniers de guerre à Srebrenica», a dit à l'Associated Press Bruno Vekaric, le principal procureur serbe dans ce dossier.

Il a ajouté que la Serbie semble maintenant prête à affronter son passé.

«Nous n'avons jamais eu à gérer un crime d'une telle ampleur, a dit M. Vekaric. Il est très important pour la Serbie d'adopter une position claire face à Srebrenica, en entamant des procédures judiciaires.»

Les policiers serbes ont notamment épinglé mercredi Nedeljko Milidragovic, un commandant surnommé «Nedjo le Boucher» qui est ensuite devenu un homme d'affaires bien nanti en Serbie, a appris l'Associated Press.

Plus de 100 000 personnes ont été tuées et des millions d'autres déplacées en Bosnie entre 1992 et 1995, quand les Serbes de Bosnie, appuyés par la Serbie voisine, se sont soulevés contre la déclaration d'indépendance de la Bosnie face à la Yougoslavie, qui était dirigée par les Serbes.

Les forces serbes de Bosnie ont bombardé Srebrenica en juillet 1995, malgré la présence de Casques bleus néerlandais. Les Serbes dirigés par Mladic sont ensuite entrés dans la ville sans rencontrer la moindre résistance. Les femmes se sont réfugiées sur la base néerlandaise pendant que les hommes tentaient de s'enfuir dans la forêt, où ils ont été traqués et tués par les forces de Mladic.

Les hommes et garçons capturés par les troupes de Milidragovic ont été entassés dans un entrepôt sans eau ou nourriture. Le massacre a commencé en fin d'après-midi, quand les tueurs ont lancé des bombes par les fenêtres et tiré d'innombrables rafales d'armes automatiques.

Le lendemain matin, selon des témoins, Milidragovic a demandé à la centaine de survivants de sortir, en leur promettant la vie sauve. Ils ont tous été exécutés.

L'homme aujourd'hui âgé de 58 ans aurait utilisé des dizaines de milliers de dollars volés à ses victimes pour fonder une entreprise de transport par camions à Belgrade, après la guerre.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter