NOUVELLES
18/03/2015 08:16 EDT | Actualisé 19/03/2015 09:39 EDT

Au Japon, une bibliothèque restaure des documents endommagés par le tsunami de 2011 (PHOTOS)

日本図書館協会

La ville de Rikuzentakata a été dévastée par le tremblement de terre et le tsunami qui ont ravagé l’est du Japon le 11 mars 2011. Sept employés de la bibliothèque municipale ont perdu la vie dans cette catastrophe qui a également détruit 80 000 livres placés sous leur responsabilité. Après le séisme, la priorité a été de s’occuper des morts et des blessés. Mais dans les années qui ont suivi, des efforts ont été entrepris pour restaurer cette bibliothèque très prisée des habitants.

La bibliothèque municipale de Tokyo Chuo, seul établissement de ce type à inclure un service dédié à la restauration d’ouvrages, s’efforce depuis septembre 2013 de sauvegarder ce qui peut l’être dans le fonds de Rikuzentakata. Cinquante et un documents seront ainsi rendus à la localité le 20 mars, après avoir été présentés dans le cadre d’une exposition intitulée « Trésors locaux ressuscités après le grand tsunami : la restauration de matériaux provenant des archives de la bibliothèque de Rikuzentakata », qui permettait de suivre l’avancement des travaux et d’observer certains des ouvrages en cours de restauration.

Elle présentait des photos retraçant les événements de l’année qui a suivi le tsunami, et notamment les efforts de préservation des archives locales, entassées dans un garage, ainsi que le déblayage de la boue déposée par le tsunami. Des panneaux expliquaient le processus de restauration de la bibliothèque de Tokyo (des outils ayant servi à cette restauration étaient également exposés).

rikuzentakadalibrary

Documents restaurés provenant des archives de la bibliothèque de Rikuzentakata (Photo : Huffpost Japon)

Les techniques mises en œuvre par Tokyo Chuo lui ont été transmises par la bibliothèque municipale qu’elle a remplacé, celle de Tokyo Hibiya, ouverte en 1908 (année 41 de l’ère Meiji). Comme les employés chargés de la restauration n’avaient jamais eu à traiter des livres saturés du sel et de la poussière d’un tsunami, ils ont procédé par tâtonnement et travaillent actuellement sur une deuxième série de documents en provenance de Rikuzentakata.

rikuzentakadalibrary

L’exposition "Trésors locaux ressuscités après le grand tsunami: la restauration de matériaux provenant des archives de la bibliothèque de Rikuzentakata" à la Tokyo Chuo. (Photo : Huffpost Japon)

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les parfums délirants des Kit Kat Japonais