NOUVELLES
17/03/2015 16:22 EDT | Actualisé 17/05/2015 01:12 EDT

Soudan du Sud: jusqu'à 130 rebelles ont été tués, selon l'armée

JUBA, Soudan du Sud - Les forces gouvernementales au Soudan du Sud ont tué jusqu'à 130 rebelles dans de récents combats à la suite de l'effondrement des pourparlers de paix entre le président Salva Kiir et son ancien vice-président, a indiqué mardi un responsable militaire.Les soldats gouvernementaux et les forces rebelles se sont affrontés dans de violents combats, lundi, dans l'État du Haut-Nil, région riche en pétrole, a affirmé à l'Associated Press le brigadier Philip Aguer. Quatorze soldats gouvernementaux ont été tués et 17 autres blessés dans les combats dans le comté de Manyo, a-t-il mentionné.Après que les rebelles eurent été chassés de leurs positions, certains ont pris la route du territoire soudanais, a dit M. Aguer.Selon le responsable militaire, l'armée du Soudan du Sud contrôle désormais le comté de Manyo, particulièrement le secteur de Gabat, d'où les rebelles orchestraient leurs offensives et bombardaient la ville de Renk du côté ouest du Nil.Il n'était pas possible dans l'immédiat d'obtenir un commentaire de la part des rebelles.Le Soudan du Sud est le théâtre de violences depuis décembre 2013, alors que les forces gouvernementales dans la capitale, Juba, se sont fragmentées et que des conflits ethniques ont éclaté.Plusieurs négociations de paix ont échoué malgré la pression internationale envers une entente politique entre M. Kiir et Riek Machar, l'ancien vice-président qui commande désormais les forces rebelles.La genèse du conflit actuel est largement attribuée à une lutte de pouvoir entre M. Kiir et M. Machar, congédié en juillet 2013.Des dizaines de milliers de personnes ont été tuées, et 1,5 million ont été déplacées, selon l'ONU.Les violences persistent aussi entre des communautés rivales combattant pour des terres de pâturage et d'autres ressources. Dimanche, au moins 70 personnes ont été tuées dans des affrontements dans la région centrale du Soudan du Sud.