NOUVELLES
17/03/2015 18:59 EDT | Actualisé 17/05/2015 01:12 EDT

Impact: trouver un équilibre entre l'attaque et la défense face à l'Alajuelense

MONTRÉAL - L'Impact devra trouver l'équilibre entre du jeu offensif et défensif lors du match aller de sa série demi-finale de la Ligue des Champions de la CONCACAF face à l'Alajuelense, mercredi.Après avoir opté pour un style compact et de contre-attaque contre le Pachuca en quarts de finale, l'Impact s'attend à un défi différent contre une formation peut-être un peu plus aguerrie et moins prévisible.«C'est une équipe très solide avec des joueurs d'expérience, a expliqué l'entraîneur de l'Impact, Frank Klopas. Le Pachuca jouait un style direct et attaquait par les ailes. (L'Alajuelense) a des joueurs intelligents qui sont bons en possession du ballon et qui sont très organisés. Ils peuvent utiliser différents systèmes et le changer pendant la partie.«Le Pachuca était peut-être plus prévisible, mais toutes les équipes ont des tendances et c'est ce que nous avons recherché dans notre préparation.»L'Alajuelense compte aussi sur beaucoup d'expérience dans la compétition puisque l'équipe a atteint les demi-finales du tournoi l'an dernier. Les joueurs sont également au coeur de leur saison régulière, un avantage qu'avait aussi le Pachuca sur l'Impact lors du tour précédent.La situation sera aussi différente pour la troupe de Klopas, puisqu'elle disputera le match aller devant ses partisans au Stade olympique, avant de devoir se rendre au Costa Rica le 7 avril prochain pour le match retour de la série au total des buts.Les joueurs de l'Impact voudront prendre le contrôle de la série avec une victoire mercredi, mais ils savent aussi qu'ils devront éviter d'accorder un but à l'étranger à l'Alajuelense, ce qui sert de bris d'égalité en cas d'impasse après les deux parties.«Je pense qu'il faut toujours être agressif, a mentionné le défenseur central Laurent Ciman. En même temps, il faut aussi garder le zéro en arrière. On a donné des buts évitables contre le Pachuca et le D.C. United (une défaite de 1-0 en ouverture de la saison régulière en MLS). On a bien travaillé cette semaine et j'ai bien hâte de voir le résultat sur le terrain.»Il y aura quand même un peu plus de pression sur les joueurs offensifs afin d'aller chercher le résultat souhaité. Et avec le départ à la retraite de Marco Di Vaio, on ne sait toujours pas qui prendra la relève afin de remplir les filets adverses cette saison.«Nous avons seulement joué trois matchs et nous avons trois buts, ça pourrait être pire, a rappelé le milieu de terrain Dilly Duka, auteur d'un doublé contre le Pachuca lors du match aller au Mexique. Notre équipe est différente cette année, mais nous avons plusieurs joueurs talentueux en attaque. Ce n'est pas la responsabilité d'un seul joueur de marquer. Nous devons partager ce fardeau et c'est ce qui nous rend plus dangereux puisque l'adversaire ne sait pas d'où vont venir les assauts.»Sans Klopas sur le bancSi la formation montréalaise espère revivre de belles sensations comme celles d'il y a deux semaines, quand un but de Cameron Porter dans les arrêts de jeu a permis à l'Impact d'éliminer le Pachuca, Klopas vivra le match d'une autre manière puisqu'il sera suspendu.«C'est décevant de ne pas pouvoir être sur le terrain, mais je prendrais un carton rouge n'importe quand contre une victoire comme celle-là», a affirmé Klopas, qui avait été expulsé pour avoir fait un geste déplacé à l'endroit d'un arbitre après le but de Porter.Son adjoint Mauro Biello sera responsable de l'équipe et sera prêt à toute éventualité.«On va se préparer pour toutes les situations possibles, a expliqué Biello. Au soccer, tout peut arriver et il faut être prêt. S'il y a une blessure, un problème de performance ou un changement tactique à faire, Enzo (Concina, l'autre adjoint de Klopas) et moi allons en discuter, mais on va en avoir parlé avant le match.»Quand on lui a demandé si un système avait été mis en place pour rejoindre Klopas pendant la partie, Biello a répondu à la blague: «Je vais commander une pizza!»Par ailleurs, l'Impact a annoncé mardi que plus de 30 000 billets avaient été vendus pour le match, un chiffre comparable à celui de la veille de la rencontre quart de finale présentée il y a deux semaines. Finalement, par moins de 38 104 spectateurs avaient assisté à la victoire historique de l'équipe.