POLITIQUE
17/03/2015 08:16 EDT

Harper en faveur de l'utilisation des armes à feu pour l'autodéfense (VIDÉO)

Le premier ministre du Canada, Stephen Harper, approuve le recours aux armes à feu pour les citoyens qui souhaitent se défendre contre une menace en l'absence de policiers.

Passée inaperçue jeudi dernier, une déclaration du premier ministre, dans le cadre du congrès annuel de l'Association des municipalités rurales de la Saskatchewan, provoque maintenant des réactions sur la scène canadienne.

Répondant à une question sur le registre des armes à feu, M. Harper a utilisé l'exemple de la famille de sa femme qui a grandi en milieu rural pour illustrer sa philosophie de la possession d'une arme à feu. « Ma femme vient d'une région rurale où la possession d'armes n'était pas que pour les besoins de la ferme, mais aussi pour assurer un certain niveau de sécurité lorsqu'une assistance policière immédiate n'était pas disponible », a déclaré M. Harper en réponse à son interlocuteur.

La déclaration du premier ministre a été récupérée et relayée par les conservateurs pour recueillir l'appui des militants à la cause des propriétaires d'armes à feu.

L'Association des policiers provinciaux du Québec a fait savoir qu'elle jugeait cette déclaration inappropriée pendant que l'Association du barreau canadien s'est dite très inquiète par le message véhiculé par les propos du premier ministre.

Les armes et les conservateurs

La sortie du premier ministre s'inscrit dans la lignée des prises de position conservatrices en faveur de la possession d'armes à feu. Le ministre fédéral de la Sécurité publique, Steven Blaney, rejoignait les propos du premier ministre lors du dépôt du projet de loi C-42, en octobre dernier. Le projet de loi vise à simplifier la vie des détenteurs d'armes à feu en proposant de fusionner les deux permis nécessaires à la détention d'une arme à feu - le permis d'acquisition et le permis de possession d'armes à feu - en un seul et même permis.

Dans son argumentaire, le ministre Blaney avait indiqué que le projet de loi C-42 renforcerait la sécurité des Canadiens.

Un autre ministre, Peter MacKay avait également manifesté son appui au milieu des armes à feu. Ce dernier a posé avec un chandail de l'Association canadienne pour les armes à feu, un lobby pro-armes. Le chandail montre l'emblème du Canada, une feuille d'érable, dont une moitié est constituée d'une arme à feu à usage restreint au pays avec la mention « sans compromis ».

Un courriel envoyé aux militants du Parti conservateur (PC) relance le débat sur le registre des armes à feu, un débat pourtant clos depuis son abolition par le gouvernement de M. Harper en 2012. Le courriel rappelle la position des chefs du Parti libéral du Canada (PLC) et du Nouveau Parti démocratique (NPD), qui soutiennent tous deux le maintien du registre.

Le PC accuse les deux autres partis de vouloir « rendre la vie plus difficile aux honnêtes chasseurs, agriculteurs et tireurs sportifs en rétablissant le registre des armes d'épaule » tout en s'opposant aux mesures du gouvernement pour « punir les criminels qui utilisent des armes à feu pour commettre des crimes ».

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter