NOUVELLES
17/03/2015 15:11 EDT | Actualisé 17/05/2015 01:12 EDT

Halifax: pas de caution pour l'homme arrêté dans la cause des produits chimiques

HALIFAX - Un juge d'Halifax a tranché qu'un homme accusé d'avoir menacé la police avec un produit chimique dangereux ne serait pas libéré avant qu'une caution adéquate ne soit trouvée.La juge Alanna Murphy affirme que l'ex-femme de Christopher Phillips n'est pas une option convenable pour servir de caution.Gosia Phillips a déclaré en Cour provinciale, la semaine dernière, qu'elle était prête à offrir en caution 10 000 $ pour qu'il soit remis en liberté.Elle a expliqué que même s'ils étaient séparés et qu'elle avait un accord juridique l'empêchant d'entrer chez elle, elle était prête à agir comme répondante.La Couronne a argumenté que Mme Phillips serait un mauvais choix de caution puisqu'elle était très occupée par son travail de médecin. La Couronne s'est aussi dite préoccupée du fait que les produits chimiques saisis étaient dangereux.L'homme a été arrêté le 21 janvier dans un hôtel d'Ottawa et ramené à Halifax pour faire face à des accusations d'avoir proféré des menaces et d'avoir été en possession d'une arme à des fins dangereuses.La police affirme avoir trouvé des produits chimiques à divers stades de détérioration dans un chalet et un cabanon de la région d'Halifax. Des évacuation à Halifax — et dans l'hôtel d'Ottawa où l'homme a été arrêté — ont suivi.Lors de l'audience de remise en liberté, la sergente de la GRC Lisa Stuart a déclaré que l'enquête de police avait débuté quand Gosia Phillips a parlé à la police le 19 janvier pour l'informer que la santé mentale de son mari se détériorait et qu'il se comportait de façon étrange. Elle aurait précisé que son mari possédait un produit toxique et possiblement de l'uranium et craignait que ces produits ne posent une menace à ses enfants.