NOUVELLES
17/03/2015 18:15 EDT | Actualisé 17/05/2015 01:12 EDT

Élections en Israël: les résultats préliminaires sont extrêmement serrés

TEL-AVIV, Israel - Les bureaux de vote ont fermé en Israël, et les sondages à la sortie des urnes laissent croire à une égalité presque parfaite entre le Likoud du premier ministre israélien sortant, Benjamin Nétanyahou, et le parti centriste Union sioniste d'Isaac Herzog.M. Nétanyahou s'est attribué sur les réseaux sociaux une «grande victoire» pour le Likoud.Les sondages à la sortie des urnes menés par les trois principales stations de télévision du pays, tard mardi, ont donné des résultats mitigés, montrant une course extrêmement serrée entre les deux rivaux. Deux sondages accordent 27 sièges à chaque parti, et un troisième donne une mince avance au Likoud avec 28 sièges contre 27.Tous accordent au nouveau-venu centriste Moshe Kahlon suffisamment de sièges pour déterminer qui sera le prochain premier ministre. M. Kahlon, un dissident du Likoud, n'a pas précisé quel dirigeant il favoriserait.Avec son avenir politique en jeu, M. Nétanyahou a lancé mardi un dernier appel aux partisans de la ligne dure, au moment où les électeurs étaient appelés aux urnes pour des élections parlementaires qui s'annonçaient serrées.M. Nétanyahou prévenait que la forte participation attendue des électeurs arabes pouvait menacer le pouvoir de sa formation de droite. Des sondages avant le vote témoignaient d'une lutte serrée qui accordait une mince avance au parti centriste Union sioniste d'Isaac Herzog. Le plus récent sondage, publié vendredi, révélait toutefois que de très nombreux électeurs demeuraient indécis.Conscient que son règne de six ans pourrait tirer à sa fin, M. Nétanyahou a effectué un virage prononcé vers la droite au cours des derniers jours de la campagne. Il s'est de nouveau engagé, mardi, à empêcher la création d'un État palestinien — renversant sa position des six dernières années et adoptant une position contraire à celle des États-Unis et d'autres alliés occidentaux.En milieu de journée, M. Nétanyahou avait prévenu qu'une forte participation arabe menaçait le règne du parti Likoud, selon un message mis en ligne sur sa page Facebook.«Les électeurs arabes se ruent vers les bureaux de scrutin. Les organisations de gauche les transportent à bord d'autobus», a-t-il dit.Il a aussi demandé à ses partisans de voter pour lui afin de «réduire l'écart» entre le Likoud et l'Union sioniste. «Avec votre aide, et avec l'aide de Dieu, nous construirons un gouvernement nationaliste qui protégera l'État d'Israël», a-t-il ajouté.Les commentaires de M. Nétanyahou à l'endroit des électeurs arabes sont d'autant plus remarquables qu'ils ciblent des citoyens israéliens, ce qui lui a rapidement valu des accusations de racisme. Les Arabes représentent environ 20 pour cent de la population israélienne et se disent depuis longtemps victimes de discrimination.Un nouveau parti arabe qui regroupe quatre anciennes formations pourrait réaliser des gains importants.M. Herzog a promis de réparer les liens avec les Palestiniens et la communauté internationale. Il a aussi promis de porter secours à la classe moyenne.«Ceux qui veulent suivre le sentier de désolation et de déception (de Nétanyahou) voteront pour lui, a lancé M. Herzog au moment de déposer son bulletin. Mais ceux qui veulent du changement, de l'espoir et un avenir vraiment meilleur pour Israël, voteront pour l'Union sioniste que je dirige.»Le taux de participation s'établissait à 26,5 pour cent en milieu de journée, ce qui est comparable aux votes précédents.En Israël, il est fréquent qu'il faille quelques semaines avant de former une coalition pour diriger le gouvernement.