NOUVELLES
17/03/2015 06:25 EDT | Actualisé 17/03/2015 06:25 EDT

Le comportement d'élèves surveillé grâce à Internet

Radio-Canada

L'école secondaire André-Laurendeau, à Longueuil, avait un important problème d'absences et de retards, mais elle a trouvé la recette pour réduire les absences non motivées de 90 % en s'inspirant d'un modèle qu'on voit émerger au Québec... celui du partage de l'information en temps réel.

Un texte de Marie-Ève Maheu

L'école sait maintenant tout sur les 2000 élèves et leurs inconduites. Retards, absences, devoirs non faits, etc. sont recensés sur un portail web et partagés entre tous les intervenants. Par exemple, pour trois retards accumulés, une retenue.

Claudy Filiatrault, élève et présidente de l'école, parle d'un grand bouleversement lors de l'introduction du système. « C'était le jour et la nuit. Le gros régime militaire. Disons que j'ai frappé un mur », raconte Claudy, qui pouvait parfois rater un cours ou se présenter en retard sans trop s'en préoccuper. À quelques mois de la fin de ses études secondaires, elle estime néanmoins qu'il s'agit d'une mesure positive.

« Avant, pendant les cours, tout le monde était dans les corridors, explique-t-elle. Les gens disaient : "je ne vais pas dans mes cours de français, foxes-tu avec moi?" Maintenant, ils ne veulent plus. Ils se disent : "je suis rendu à mon deuxième retard. Si j'arrive en retard, je serai vraiment dans le trouble". Ça a vraiment changé la dynamique de l'école. »

En 2012, la direction voulait justement remettre de l'ordre dans l'école. Le climat était tendu et le manque d'assiduité des élèves était endémique, explique la directrice de l'école, Marie-Dominique Taillon.

« Les règles de conduite et les sanctions, ça existe depuis toujours. Là où on a innové, c'est qu'on a informatisé tout le suivi de ces sanctions et de ces règles de conduite. Et là où on a encore plus innové, c'est qu'on a mis en place une façon pour que chacun de nos élèves soit accompagné de manière personnalisée. » — Marie-Dominique Taillon, directrice de l'école secondaire André-Laurendeau

L'impact a été presque immédiat. « On a vu dès les premières semaines, les premiers mois, des résultats incroyables », affirme la directrice. En un an, les absences non motivées ont chuté de 90 %, passant de 27 000 en 2012-2013 à 3000 en 2013-2014. Les retards non motivés ont diminué presque de moitié, de 28 000 à 16 000.

Des parents qui savent tout en un clic

Les parents sont aussi mis dans le coup. Ils peuvent suivre en temps réel les comportements de leurs héritiers du bout de leur clavier, et bientôt de leur téléphone mobile, grâce à une nouvelle application.

« Le parent est informé dès que son enfant est absent, chaque fois que l'élève est en retard. Dès qu'un enseignant met un commentaire sur un comportement qui est dérangeant ou positif », explique Mme Taillon. Une façon de s'en faire un allié.

« On voit une explosion des échanges entre l'école et la famille. » — Marie-Dominique Taillon, directrice de l'école secondaire André-Laurendeau

Plusieurs parents sont heureux d'être davantage impliqués. « S'il y a une problématique qui se déclare, je le vois en partant. En étant au courant tout de suite, les parents peuvent réagir. J'adore ça », dit Manon Castilloux, mère de deux enfants à l'école et membre du conseil d'établissement.

Ce qu'en pensent les élèves

L'accueil est plus mitigé chez les élèves, mais plusieurs y voient un moindre mal.

« On n'aime pas ça, mais en même temps, on est ici pour étudier et aller dans nos classes. On n'est pas ici pour niaiser. » — Tommy-Lee Labelle, élève de 5e secondaire

« Ça se voit dans le climat de l'école, dans la façon dont les élèves sont aussi. Tout le monde est plus respectueux les uns envers les autres », se réjouit pour sa part Marie-Ève Lévesque-Bouchard, élève de 4e secondaire et vice-présidente de son école.

La direction parle aussi d'un climat plus serein entre les élèves et les enseignants. « Avant, il y avait un laisser-aller qui pouvait mener à une dynamique d'affrontement, d'opposition, où on commençait le cours en se disant : "bon, il est encore en retard lui". »

Suivi personnalisé

Les enseignants, qui ont dû s'adapter à la nouvelle technologie, apprécient aujourd'hui le progrès. Chacun d'entre eux a la responsabilité d'une quinzaine d'élèves, dont ils assurent le suivi.

C'est l'aspect du système qu'apprécie le plus Nelson Morneau, enseignant d'éthique et culture religieuse. Il reçoit des alertes par courriel chaque fois qu'un des élèves qu'il supervise a une note à son dossier, peu importe le cours. « Quand ça ne va pas, je le sais. Je peux aller voir. Je peux les référer plus rapidement. Ça, ça vaut beaucoup. Ça a de la valeur d'avoir un lien étroit avec certains élèves qui vivent des périodes difficiles. »

Pour le spécialiste de la persévérance scolaire Michel Janosz, ce modèle est la voie à suivre. « Pour éviter que les jeunes qui sont en difficulté tombent dans les "craques" du plancher, il faut être capable de suivre en continu comment ils vont. Sinon, on n'est pas capable d'intervenir au bon moment. Dieu merci, on a les technologies qui nous permettent de pouvoir agir rapidement, surtout dans les grosses écoles », dit le professeur à l'École de psychoéducation de l'Université de Montréal et directeur du Groupe de recherche sur les environnements scolaires.

Il n'est pas étonné de voir le modèle se développer de plus en plus dans les écoles publiques du Québec.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Les campus des universités canadiennes en photos Voyez les images