POLITIQUE
17/03/2015 02:10 EDT | Actualisé 17/03/2015 03:21 EDT

Charte de la laïcité: PKP rectifie le tir

CP

QUÉBEC _ Le candidat à la direction du Parti québécois Pierre Karl Péladeau a fait marche arrière, mardi, après avoir laissé entendre qu'il serait raisonnable d'interdire les signes religieux dans l'ensemble de la fonction publique.

M. Péladeau est ainsi revenu à la position qu'il avait esquissée en février dernier, qui reprend pour l'essentiel la recommandation du rapport de la commission Bouchard-Taylor, en ajoutant les enseignants.

Juste avant de se rendre à une réunion des députés péquistes, M. Péladeau a affirmé qu'il propose de limiter l'interdiction du port de symboles religieux aux fonctionnaires en position d'autorité ainsi qu'au personnel enseignant.

Selon M. Péladeau, cette position, qui va moins loin que celle du précédent gouvernement péquiste avec la charte des valeurs, est la plus susceptible de susciter un consensus dans la société québécoise.

En fin de semaine, alors qu'il participait à une conférence à Montréal, M. Péladeau avait ouvert la porte à une interdiction plus large des symboles religieux dans la fonction publique et parapublique.

Dans un échange avec la presse parlementaire, mardi, à l'Assemblée nationale, M. Péladeau a rectifié le tir en revenant à la position qu'il avait en février dernier, lors d'un caucus péquiste à Saint-Jean-sur-Richelieu.

"Le consensus est essentiel, et à cet égard, je considère que Bouchard-Taylor, plus les enseignants, est certainement une position qui pourrait trouver un consensus le plus large possible", a-t-il dit.

M. Péladeau, député de Saint-Jérôme, ne s'est pas expliqué sur ses aller-retour à propos des mesures que le gouvernement devrait adopter pour promouvoir la laïcité de l'État.

"Cette question-là est une question de consensus, a-t-il dit. Le consensus, nous devons le trouver de la manière la plus large possible et selon moi, ce qui m'apparaît consensuel, c'est Bouchard-Taylor."

Coprésidents d'une commission sur les accommodements raisonnables, Gérard Bouchard et Charles Taylor ont recommandé en 2008 l'interdiction du port de symboles religieux aux magistrats, procureurs de la Couronne, policiers, gardiens de prison, ainsi qu'aux président et vice-président de l'Assemblée nationale du Québec.

Sujet délicat, la laïcité de l'État a suscité un accrochage cette semaine entre deux autres candidats à la direction du PQ, Alexandre Cloutier et Bernard Drainville, qui ont échangé quelques flèches lundi.

Mardi, dans un échange avec les journalistes, M. Drainville a mis M. Cloutier en garde contre la tentation de sombrer dans des attaques personnelles durant la course à la succession à Pauline Marois, qui compte cinq candidats.

"Il va falloir travailler tout le monde ensemble après la course, a-t-il dit. Qu'on ait un débat costaud, qu'on ait des désaccords sur le fond des choses, et visiblement on en a un là, ça ne doit pas nous amener à nous attaquer sur le plan personnel."

M. Drainville a affirmé que M. Cloutier avait tort de qualifier d'extrêmes ses positions sur la laïcité de l'État, qui reprennent le contenu du projet de loi 60 qu'il a porté alors qu'il était ministre dans le dernier gouvernement péquiste.

"C'est bien clair qu'il n'y a rien d'extrême là-dedans, dans une charte qui a été votée par les membres, qui fait partie du programme du Parti québécois, qui a été défendue par le PQ dans deux élections, a-t-il dit. Je ne vois pas ce qu'il y a d'extrême là-dedans."

Après avoir proposé une interdiction des symboles religieux dans l'ensemble de la fonction publique, avec le projet de loi 60, M. Drainville a atténué sa position, en janvier dernier, en ajoutant un droit acquis pour les fonctionnaires en poste actuellement.

Lundi, M. Cloutier avait accusé M. Drainville de glisser vers des "raccourcis" et des "positions extrêmes" en insistant sur l'importance des enjeux identitaires.

Plus tôt, M. Drainville avait estimé que les enjeux identitaires, comme la laïcité de l'État, étaient déterminants pour la pertinence du PQ, alors que M. Cloutier avait invité les autres candidats à adopter des positions plus consensuelles dans ce dossier.

À ce sujet, M. Cloutier a déjà énoncé la même position que celle de M. Péladeau, soit la recommandation de Bouchard-Taylor en ajoutant les enseignants.

INOLTRE SU HUFFPOST

7 bourdes de PKP en politique