DIVERTISSEMENT
16/03/2015 02:33 EDT | Actualisé 16/03/2015 02:36 EDT

Milk & Bone: sensation forte de l'électro-pop (ENTREVUE/VIDÉOS)

Milk & Bone a déjà le vent dans les voiles, avant même la sortie de son premier album! Depuis ses débuts, le groupe s'annonce comme une des sensations fortes de la scène électro-pop en 2015, autant à Montréal qu'à l'international.

Au premier regard, on peut presque avoir l'impression d'avoir affaire à des soeurs. Ce sont plutôt des affinités musicales qui unissent ces deux jeunes créatrices à suivre avec attention! Discussion avec Camille Poliquin, la moitié du duo avec Laurence Lafond-Beaulne, à l'occasion du lancement de leur premier effort, Little Mourning sous l'étiquette Bonsound.

Tout d’abord, comment votre duo s'est-il créé?

Laurence et moi, nous nous sommes rencontrées au Cégep de Saint-Laurent. On a toutes les deux étudié la musique là-bas, mais avec une année de différence. C'est quand on a commencé à travailler ensemble - notamment dans le show de David Giguère comme choristes - que nous nous sommes liées d'amitié. On s'est fait appeler en duo pour collaborer avec Misteur Valaire... Et à partir de ce moment, on a commencé à créer ensemble. Pour le fun. Nos goûts, nos influences et surtout nos voix se marient très bien!

Assez rapidement, vous avez sorti l'extrait New York. Est-ce que vous vous attiendiez à une telle réaction positive?

On ne s'attendait à rien! Milk & Bone, c'est vraiment deux amies qui font de la musique ensemble pour le plaisir. Je crois qu'on a eu la chance d'avoir un certain exposure, vu qu'on travaillait déjà dans le milieu. Dès la première chanson, la réponse a été super bonne! On s'est dit qu'il fallait qu'on se mette à travailler! (Rires) C'est à ce moment qu'on a décidé de se lancer pour l'album.

Aviez-vous un son en tête pour Little Mourning en entrant en studio?

Oui, mais c'était plutôt flou. On avait surtout des inspirations: Beach House, Purity Ring, Grimes, etc. Mais aussi la pop de Katy Perry, Taylor Swift! J'ai grandi avec ça... et de la musique classique! (Rires) C'est assez extrême, mais ça explique bien d'où vient notre son. On voulait des chansons accrocheuses, des vers d'oreille.

Comment ça s'est passé côté création pour Little Morning?

Tout naturellement! On n'a pas de processus de création fixe. Parfois, on crée ensemble de la première à la dernière note. Parfois, Laurence arrive avec un couplet ou moi avec une chanson. Peu importe qui écrit quoi: on prend tous les crédits à 50%. L'autre approuve et a son mot à dire.

Vous avez eu de l'aide du côté de la réalisation...

C'est Gabriel Gagnon qui a été notre papa de studio! Il a géré toute la prise de son. C'est lui le chef! (Rires) Son influence a porté beaucoup sur la structure. Et la créativité aussi! Il n'a jamais eu peur de scraper des trucs et d'aller ailleurs. C'est lui qui tranchait! Heureusement, parce qu'à deux c'est parfois plus ardu de décider, de savoir qui a raison. Il a apporté un équilibre dans notre duo.

Et 2015, ça ressemble à quoi?

J'ai envie de driver sur le beau succès de Milk & Bone! De voir où ça va mener. Je ne mettrai pas les freins sur cette belle vibe!

Le lancement de Little Mourning de Milk & Bone se tiendra le 17 mars à 18h au Centre Phi. Camille Poliquin sera également en spectacle dans le cadre de son projet solo Kroy en juillet au Théâtre La Chapelle.

Découvrez ici la capsule de La Fabrique culturelle!

mb

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

6 sorties d'albums québécois à surveiller en mars 2015