DIVERTISSEMENT
14/03/2015 07:05 EDT | Actualisé 14/03/2015 07:05 EDT

Le Prix collégial est décerné au film <em>Tu dors Nicole</em> de Stéphane Lafleur

Courtoisie

Le Prix collégial du cinéma québécois (PCCQ) revient cette année au film Tu dors Nicole du réalisateur Stéphane Lafleur.

Il a été choisi par des étudiants de 45 cégeps de toutes les régions du Québec à la suite de délibérations tenues vendredi à Montréal en présence de Micheline Lanctôt, marraine du Prix depuis ses tout débuts, il y a quatre ans. Au cours des dernières semaines, les films finalistes ont été vus par plus de 1200 cégépiens.

Le jury a souligné que le film de Stéphane Lafleur « réussit à faire ressortir la banalité du quotidien avec profondeur et légèreté, le tout magnifiquement soutenu par une direction photo inventive et une conception sonore originale ».

Tu dors Nicole, qui a presque été sélectionné à l'unanimité, selon Mme Lanctôt, a devancé au fil d'arrivée des films comme Mommy et Tom à la ferme de Xavier Dolan, et Miraculum de Podz.

« Beaucoup sont arrivés avec Mommy en tête, mais à la lumière des discussions et des délibérations qu'ils ont eues, ils ont glissé vers Tu dors Nicole pour toutes sortes de raisons (...) Il y a eu des débats extrêmement animés et très passionnés », a constaté Micheline Lanctôt, en entrevue avec La Presse Canadienne.

Mme Lanctôt a d'ailleurs rappelé que ce concours visait à récompenser l'oeuvre qui aura eu une résonance particulière chez les jeunes. "On n'a jamais dit qu'on faisait un palmarès du meilleur. On n'est pas dans ce genre de course-là. C'est un prix pour les étudiants et c'est le film qui leur parle le plus", a-t-elle souligné.

Stéphane Lafleur avait déjà été récompensé en 2012 pour son long métrage En terrains connus. Xavier Dolan pour Laurence Anyways avait gagné en 2013, et Denis Côté pour Vic + Flo ont vu un ours l'avait emporté en 2014.

La marraine du Prix s'est d'ailleurs réjouie de voir que les jeunes dont certains n'avaient jamais vu un film québécois se soient dits « bouleversés » par les oeuvres.

« Ils nous ont dit ce matin à quel point (...) ça a énormément changé leur attitude envers le cinéma québécois. À chaque année c'est la même chose », a-t-elle expliqué.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les 30 films les plus attendus de 2015