NOUVELLES
14/03/2015 06:41 EDT | Actualisé 16/03/2015 12:00 EDT

Arctique: l'éolienne de tous les défis (VIDÉO)

Une éolienne tourne depuis sept mois aux portes du cercle polaire. Cette structure géante parvient non seulement à affronter le climat extrême du Nunavik, mais elle permet aussi à la mine Raglan de réduire d'un million de litres sa consommation de diesel.

Le 4 août se terminait la construction de la plus grande éolienne du Grand Nord québécois. Cet aérogénérateur de trois mégawatts de la société allemande Enercon est spécialement adapté pour affronter les froids extrêmes. Ce projet pilote suscite beaucoup d'intérêt puisque plusieurs spécialistes pensaient qu'une éolienne dans un climat aussi froid que celui du Nunavik était complètement irréaliste.

Mais Tugliq, une petite société d'énergie renouvelable québécoise, a décidé de relever le défi. Cette entreprise qui existe depuis trois ans veut réduire la dépendance au diesel des villages inuits et des grandes sociétés minières.

eolienne

Toutefois, avant de créer un parc éolien dans le Grand Nord québécois, il fallait d'abord tester une éolienne dans un des climats les plus hostiles du pays.

Dompter l'hiver

Le Grand Nord québécois est un lieu idéal pour construire des éoliennes puisque le régime des vents y est exceptionnel. On y retrouve des vents de classe 1, des vents forts et réguliers parmi les meilleurs au monde.

Pourtant, toutes les tentatives de construire des éoliennes dans ce secteur ont échoué. Le problème, c'est que les éoliennes ont été conçues pour des climats tempérés et ont du mal à survivre à l'hiver arctique. Le givre, les blizzards et le froid à -40 degrés Celsius ont refroidi les ardeurs des promoteurs.

Mais les percées technologiques des dernières années ont permis à l'industrie éolienne de dompter l'hiver. La société allemande Enercon a développé une turbine à entraînement direct qui fonctionne sans boîtes de vitesse, ce qui élimine les engrenages et les huiles qui ont tendance à geler par grands froids.

Le nouveau modèle est équipé d'un système de chaufferette qui permet de faire fondre la glace. De plus, ses pales ont des réglages individuels qui permettent d'affronter des blizzards de plus de 120 km/h.

Enercon a testé ces éoliennes polaires en Suède et en Antarctique, mais c'est la première fois qu'on installait une de leurs éoliennes dans le Grand Nord québécois.

Le défi de la construction

L'éolienne de la mine Raglan pèse plus de 600 tonnes et il n'existe aucune route d'accès pour se rendre au site. Toutes les sections ont dû être acheminées par bateau. Sur place, il a fallu inventer une nouvelle technique de construction adaptée au pergélisol. C'est que le sol du Nunavik contient des lentilles de glace qui peuvent fondre en été et faire basculer la structure. Les ingénieurs ont trouvé une solution innovatrice.

eolienne

Ils ont déposé l'éolienne sur une plateforme surélevée. Elle repose sur 12 pieux de béton qui traversent le pergélisol jusqu' à la roche mère. C'est la première éolienne au Québec qui ne touche pas au sol.

L'autre grande percée technologique du projet, c'est la technique de stockage. L'énergie produite par les éoliennes fluctue constamment selon les bourrasques et les rafales. Pour éliminer ces fluctuations, les promoteurs ont construit une centrale avec trois systèmes d'entreposage, dont des piles à hydrogène qui permettront d'emmagasiner de l'énergie pendant une période de 21 heures.

Une mine plus verte

L'éolienne est installée sur les terrains de la mine Raglan. Cette mine de nickel est la plus grande source de gaz à effet de serre (GES) de l'Arctique canadien. Elle produit plus de 100 000 tonnes de GES par année. La mine est si isolée qu'elle fonctionne hors réseau. Toute son énergie électrique provient de puissantes génératrices qui consomment plus de 45 millions de litres de diesel par année.

Afin de réduire sa dépendance au diesel, la mine s'est tournée vers l'éolien. Depuis sept mois seulement, l'éolienne a permis à la mine de réduire d'un million de litres sa consommation de diesel, ce qui représente une économie de 2600 tonnes de GES. Le succès est si convaincant que la mine songe maintenant à agrandir son parc éolien.

De son côté, Tugliq Énergies espère convaincre les communautés inuites du Grand Nord qui fonctionnent hors réseau de construire des éoliennes près de leurs villages.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Tarifs d'électricité des villes nord-américaines (2015)