NOUVELLES
13/03/2015 05:48 EDT | Actualisé 13/03/2015 05:48 EDT

Mort du sergent Doiron : une erreur des Kurdes, dit un haut responsable canadien

Forces canadiennes

Une erreur tragique des forces kurdes a causé la mort du sergent canadien Andrew Doiron, vendredi dernier en Irak, a confié à CBC un haut responsable canadien au fait du dossier.

Dans leur version des faits, les Kurdes avancent que les quatre militaires canadiens visés par leurs tirs fratricides ne s'étaient pas identifiés à eux, ce que contredit le haut responsable qui s'est confié à CBC.

Les militaires canadiens se seraient identifiés sans problème avec un mot de passe en arabe à deux points de contrôle derrière la ligne de front kurde, et donc loin des combattants du groupe État islamique (EI). À un troisième point de contrôle, un jeune combattant inexpérimenté aurait ouvert le feu sur eux alors que le même mot de passe aurait été utilisé.

Les peshmerga qui pointaient leurs armes vers les positions de l'EI auraient à leur tour ouvert le feu vers les Canadiens et ce sont leurs tirs qui auraient coûté la vie au sergent Doiron et blessé trois de ses collègues.

Toujours selon le haut responsable canadien cité par CBC, les Canadiens, conscients de l'erreur, n'auraient pas répliqué aux tirs kurdes. Andrew Doiron est mort sur le coup.

Le ministre canadien de la Défense, Jason Kenney, avait déjà répliqué dimanche dernier à l'armée kurde, dont le porte-parole Halgurd Hekmat a avancé que les Canadiens s'étaient aventurés sur la ligne de front de Bashik, près de Mossoul, sans s'annoncer.

Jason Kenney a assuré que les soldats canadiens étaient « à 200 mètres » de la ligne de front lors de l'incident. Il a relaté que les forces spéciales canadiennes étaient revenues à un poste d'observation lorsque les Kurdes les ont pris pour leurs ennemis en leur tirant dessus.

Le sergent Doiron est le premier Canadien à tomber lors de cette mission en Irak.

Ses obsèques auront lieu samedi à Ottawa.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter