NOUVELLES
13/03/2015 09:20 EDT | Actualisé 13/03/2015 10:36 EDT

Les conservateurs demandent une enquête contre la FTQ

PC

Le parti conservateur a demandé vendredi au Commissaire aux élections fédérales d'enquêter sur la FTQ.

Le lieutenant politique de Stephen Harper au Québec, Denis Lebel, a diffusé aux médias la lettre qu'il a fait parvenir au commissaire. Le parti conservateur reproche à la centrale syndicale de vouloir lui nuire aux élections fédérales prévues le 19 octobre prochain.

Le FM93 avait rendu public il y a quelques semaines un document de la centrale syndicale intitulée «Battre les conservateurs». La FTQ affirmait y cibler huit circonscriptions sur l'ensemble de la province, dont cinq dans la région de Québec.

Dans sa lettre, Denis Lebel reproche à la FTQ de vouloir coordonner ses actions avec d'autres syndicats. « La Loi électorale du Canada permet aux tiers de faire de la publicité durant l’élection, mais à des conditions très strictes. Cependant, la collusion par la FTQ et ses alliés peuvent contrevenir à la Loi », écrit-il.

«À la lumière des informations qu’on retrouve dans le document de la FTQ et les autres références indiquées ci-dessus, je vous demande d’ouvrir une enquête afin de vous assurer que la FTQ et ses alliés respectent entièrement la Loi électorale du Canada», conclut le député conservateur.

La lettre de Denis Lebel se trouve ci-dessous.

Cher commissaire,

Je vous écris afin de porter à votre attention qu’au cours des dernières semaines, des dirigeants syndicaux du Québec, ceux de la Fédération des Travailleurs du Québec (FTQ) en tête, ont confirmé leur objectif d’influencer les résultats des élections fédérales du 19 octobre prochain.

Dernièrement, leur document stratégique a été rendu public. Le document indique que huit personnes coordonneront les militants qui feront des appels et du porte-à-porte, et qu’ils utiliseront toutes les occasions pour faire la promotion de leur message et faire de l’éducation politique. La FTQ utilisera les médias sociaux pour véhiculer son message.

De plus, en consultant leur document, on constate que la FTQ veut coordonner ses actions avec ses alliés syndicaux de la façon suivante:

  • Un comité de la FTQ composé de syndicats affiliés est en place pour raffiner la stratégie concernant les élections du 19 octobre 2015;
  • Ils vont continuer leurs discussions avec les syndicats canadiens pour promouvoir le vote stratégique et le smart vote;
  • Ils développeront des alliances avec les groupes syndicaux et communautaires lors des multiples moments que l’automne et l’hiver québécois nous offriront;
  • Ils vont collecter de l’argent pour mener une bataille sur les ondes payantes en complément de celle menée avec le Congrès du travail du Canada (CTC).

La Loi électorale du Canada permet aux tiers de faire de la publicité durant l’élection, mais à des conditions très strictes. Cependant, la collusion par la FTQ et ses alliés peuvent contrevenir à la Loi :

• Article 351 - Il est interdit à un tiers d'esquiver ou de tenter d'esquiver les plafonds prévus par l'article 350, notamment en se divisant en plusieurs tiers ou en agissant de concert avec un autre tiers de sorte que la valeur totale de leurs dépenses de publicité électorale dépasse les plafonds fixés à cet article.

Lors d’une entrevue au FM93, le 14 janvier dernier, M. Jean-Pierre Kingsley, ancien directeur général d’Élections Canada, a mentionné qu’il pourrait y avoir collusion si la FTQ se coordonne avec ses alliés.« Ce qu’ils font présentement pourrait suffire comme preuve. Si j’étais en charge des enquêtes, je leur demanderais quand vous êtes-vous rencontrés? Vous êtes-vous rencontrés? Qu’est-ce que vous avez discuté? Procès-verbal, s’il vous plaît?»

À la lumière des informations qu’on retrouve dans le document de la FTQ et les autres références indiquées ci-dessus, je vous demande d’ouvrir une enquête afin de vous assurer que la FTQ et ses alliés respectent entièrement la Loi électorale du Canada.

Veuillez agréer, M. Côté, mes salutations les plus sincères.

Denis Lebel

Député, Roberval–Lac-Saint-Jean