DIVERTISSEMENT
05/03/2015 09:52 EST | Actualisé 11/03/2015 04:30 EDT

Nouvel album d'Ariane Moffatt: l'apesanteur de «22h22» (ENTREVUE/VIDÉOS)

À la suite de l’audacieuse et intrigante musique électro de MA, partagée notamment en anglais, Ariane Moffatt propose un nouvel album francophone qui s’intitule 22h22. Délicat, douillet, voire mielleux, on peut dire que la chanteuse, encore une fois, ne fait pas de compromis. La principale intéressée ne s’en cache pas, elle avait envie de plonger dans l’onirisme et la douceur.

Nostalgie des jours qui tombent, Rêve, Retourner en moi et 22h22 (Moffatt à proposé mieux comme chanson) sont des titres évocateurs sur le cinquième disque studio de la populaire chanteuse québécoise.

«C’est autre chose au niveau du mood, c’est certain, affirme Ariane Moffatt en entrevue. Ça fait années 1990, avec une touche new age. C’est assez minimaliste et un peu pop […] À mon studio, j’écrivais les textes (Tristan Malavoy lui a donné un coup de main pour certains écrits) dans la même foulée que je faisais les mélodies, les beats, les ambiances. Ç’a été fait par associations libres et non réfléchies. »

«L’album est différent parce que la démarche a été très différente de ce que j’ai fait auparavant, souligne Moffatt. Il y avait les bébés, l’horaire, la fatigue et les superbes moments (nés en juillet 2013, ils n’avaient pas un an quand elle a commencé à travailler sur 22h22).»

Incidence ou non sur son travail, la chanteuse a décidé de tout embrasser avec les meilleures intentions… et de se lancer. Elle a même offert une place de choix à ses deux fils sur l’album, en publiant une «première composition» de leur cru intitulé Matelots&frères, qui se résume à des sons de bouche et des tapes au piano arrangés par la suite par leur maman en studio.

22h22, au cadran

« Évidemment, tout le monde veut l’entendre cette histoire de 22h22, lance Ariane Moffatt en rigolant. Souvent, je tombais sur cette heure, dans la maison. Des moments durant lesquels je me retrouvais seule, les bébés étant endormis. C’est durant cette période de la journée que j’ai commencé à sentir qu’il y avait de nouveau de la place pour la création. »

«Ce 22h22 correspond surtout à un moment et à un état, poursuit-elle. C’était comme un signe, une invitation à replonger dans un imaginaire. Après, on peut s’amuser beaucoup avec le chiffre 2. Pour moi, il symbolise la paire : les enfants, mais également mon couple.

Il y a aussi une référence à l’incinérateur (la pièce Les deux cheminées) situé sur la rue Des Carrières. Ça évoque mon histoire d’amour jusqu’à aujourd’hui. J’ai rencontré ma copine dans ce quartier…»

Selon Moffatt, les ambiances de l’album sont nées beaucoup de cette période où la nuit gagne sur le jour, dans la tranquillité : «J’étais comme entre deux mondes, le sommeil parfois altéré. J’ai commencé à triper sur l’idée du rêve lucide. Je me suis mise à jouer avec les différents états de conscience. Les aspects planant et onirique de 22h22 ont ainsi émergé durant les soirs d’été.»

On comprendra pourquoi la voix est la plupart du temps assez calme sur 22h22, la chanteuse étant en dilettante entre l’épanouissement de la maternité et le processus créatif musical.

«J’ai écouté l’album récemment en faisant mon jogging. Je me suis rendu compte que c’est plus doux et tendre que je pensais à la fin de la production. Outre les chansons Miami, Debout et Les tireurs fous, c’est pas mal smooth. Mais c’était dans les plans.»

***

Réalisé par son complice Jean-Phi Goncalves, 22h22 sera disponible dès le 10 mars. La chanteuse-musicienne offrira une performance-lancement le même jour, dès 17 h 30, au Stereo Nightclub.

[…]

Pour obtenir de l’information sur les dates de son nouveau spectacle (mis en scène par Marie Brassard), on peut consulter le site internet d’Ariane Moffatt (arianemoffatt.com).

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Ariane Moffatt aux FrancoFolies de Montréal Voyez les images