Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

MONDOR, la griffe québécoise, fête 60 ans d'une histoire riche

La marque MONDOR -connue pour ses bas de nylon chics et résistants, mais aussi pour ses vêtements techniques que portent les athlètes de haut niveau - fête ses 60 ans. Coup de projecteur sur une entreprise de chez nous qui fait rimer longévité avec qualité.

1955: la naissance de MONDOR

C’est en 1955 que Roger Deslauriers, ex-chauffeur de taxi, fonde à Iberville la compagnie MONDOR Hosiery. Il est alors uniquement question de bas de nylon qui séduisent rapidement les Québécoises. Dans la foulée, la griffe se lance dans la production de collants et de vêtements de danse, de patinage et de hockey, afin de séduire une clientèle plus jeune.

Les années 70

Les vêtements de danse inspirés par l'iconique Olivia Newton-John connaissent un succès fou. C'est aussi au cours de ces années que la marque innove avec des uniformes de baseball, basketball, gymnastique et volleyball.

Durant la décennie suivante, MONDOR se lance dans les maillots de bain mode (Marée Mondor) et des vêtements et accessoires d’aérobie inspirés du film générationnel Flashdance. Le mot d'ordre est diversification.

1987: année déterminante d'ouverture sur le monde

Les collections sont exportées en Europe et en Asie. Aujourd’hui, elles sont disponibles dans plus de 49 pays à travers le monde, du Canada à la Suisse, en passant par la Suède, la l’Australie, la Russie le Japon et l’Angleterre.

MONDOR: 60 ans d'histoire!

Les années 90 sont "ultra-vitaminées"

Dans les années 90, MONDOR surfe sur la vague "aérobie" en mixant couleurs ultra-vitaminées et motifs graphiques.

1999: changement de direction

En 1999, le fils du fondateur, Aimé Deslauriers, vend la totalité de ses parts à Denis Beaudoin et à un groupe d’investisseurs composé entre partie de certains directeurs travaillant déjà chez MONDOR et de la patineuse Isabelle Brasseur.

Et l'histoire ne fait que commencer, la griffe n'a jamais cessé de miser sur le développement et la recherche de tendances, sans oublier l’avancement technologique en matière de textiles. À suivre...

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.