POLITIQUE
10/03/2015 05:42 EDT | Actualisé 10/05/2015 05:12 EDT

L'Ontario pourrait décider de vendre des parts d'Hydro One

A motorcyclist drives under pylons with high voltage electricity cables passing over houses in northern Athens, Friday, Sept. 16, 2011. The Greek government announced it would impose an additional tax on all property owners in the country. The tax will be collected through electricity bills. Those who do not pay risk having their power cut off. (AP Photo/Thanassis Stavrakis)
ASSOCIATED PRESS
A motorcyclist drives under pylons with high voltage electricity cables passing over houses in northern Athens, Friday, Sept. 16, 2011. The Greek government announced it would impose an additional tax on all property owners in the country. The tax will be collected through electricity bills. Those who do not pay risk having their power cut off. (AP Photo/Thanassis Stavrakis)

TORONTO — La première ministre de l'Ontario et son ministre de l'énergie n'ont pas exclu l'idée de vendre des actions du gouvernement dans Hydro One ou même sa part majoritaire dans le distributeur d'électricité.

Kathleen Wynne n'a pas nié la nouvelle parue dans le Globe and Mail voulant que son gouvernement envisage de mettre en vente de 10 à 15 pour cent des parts de la société dans une première offre publique. Elle a toutefois indiqué qu'aucune décision n'avait encore été prise à ce sujet.

Un comité présidé par Ed Clark, du Groupe Banque TD étudie la possibilité de vendre Hydro-One, Ontario Power Generation et la Régie des alcools de l'Ontario. Il doit formuler ses recommandations au cours du printemps. Dans un rapport préliminaire publié en octobre, il avait conseillé au gouvernement de ne pas privatiser ces trois sociétés. Il recommandait toutefois que Hydro One se concentre sur son réseau de transport de l'électricité.

Selon le ministre de l'Énergie, Bob Chiarelli, il existe plusieurs possibilités concernant l'avenir d'Hydro One. Les journalistes lui ont demandé à plusieurs reprises si cela incluait la vente des parts majoritaires du gouvernement. L'élu n'a pas rejeté cette avenue. Il s'est contenté de dire que la province garderait une participation « significative » dans la société.

Le gouvernement continuera de contrôler les prix de l'électricité et de s'assurer du maintien du cadre réglementaire protégeant les Ontariens s'il décide d'aller de l'avant avec la vente de Hydro One, s'est engagée Mme Wynne. Elle a ajouté qu'elle ne mettrait pas en vente des actifs comme l'autoroute 407.

Les porte-parole de l'opposition sont demeurés sceptiques. Le porte-parole du NPD sur les questions d'énergie, Peter Tabuns, craint une augmentation de la facture d'électricité des Ontariens. Quant au porte-parole conservateur en matière de finances, Vic Fedelli, il dit douter que le produit de la vente serait réinvesti dans les infrastructures.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter