NOUVELLES
08/03/2015 04:20 EDT | Actualisé 09/03/2015 12:41 EDT

Une robe élaborée à partir de 180 bouteilles de plastique

RECICLAJE CREATIVO

Le projet est né à l'été 2014. Rosa Montesa, une designer de Valence, en Espagne, dans la cinquantaine, a proposé une idée à sa mère: Pourquoi ne pas faire une robe pour la fête traditionnelle Las Fallas de Valencia? Elle voulait élaborer une pièce, mais pas du tout conventionnelle. Elle voulait faire à sa manière, en recyclant!

Montesa a passé l'année suivante à travailler sur son site web, Reciclado Creativo (recyclage créatif), et chercher un moyen d'insuffler une nouvelle vie aux matériaux qu'elle prenait de sa propre poubelle et celle de ceux qui l'entourent. Bouteilles en plastique, capsules de café, sacs de croustilles, coquilles de graines de tournesol... ont tous connu une nouvelle vie sous ses mains. Elle avait d’abord conçu un collier, une lampe et des fleurs.

Finalement, Montesa a décidé de concentrer toute sa créativité sur un projet: une robe, ce qui lui a pris seulement dix jours à créer. Le plus long a été de recueillir les matériaux. Sa fille de 17 ans a ensuite servi de modèle et sa mère de conseillère.

« Elle faisait toujours des vêtements de"fallera" pour moi et la famille, et je savais qu'elle m’aiderait à faire cela tout en respectant la tradition », a expliqué Montesa dans une conversation téléphonique avec The Huffington Post Espagne. Le festival Las Fallas de Valencia nécessite traditionnellement des costumes élaborés autant pour les hommes que les femmes.

La conception de la base de la robe était leur plus grand défi. «C’ était le plus gros problème que nous avions. J’avais pensé fabriquer une base à partir de contenants et bouteilles en plastique, mais ma mère m'a dit que ce devait être appliqué sur une toile», a indiqué Montesa. Elle a cependant insisté pour que tous les matériaux soient recyclés. La créatrice a donc opté pour un « glasilla - l'étoffe utilisée dans la haute couture pour ajuster les robes autour des modèles, qui est ensuite jetée », a-t-elle expliqué.

Le tissu de la jupe a été tapissé de bouteilles et de récipients en plastique pour ajouter de la couleur. Il y a un total de 180 bouteilles: 70 contenants de plastique d'eau, 25 bouteilles d'eau bleues, 25 bouteilles d'eau roses et 60 bidons d'eau pétillante verts.

« J’ai utilisé les bases des bouteilles, et avec la partie supérieure de chacune, j’ai orné le corsage », a poursuivi Montesa. Les petits morceaux de couleur sont des fragments de ces bouteilles. Ils ont ensuite été appliqués pour former une image. Les créatrices ont été inspirées, dit-elle, par les fleurs vendues en face de la gare au Nord à Valence.

Les mêmes fragments de plastique ont servi à donner de la couleur à une paire de chaussures que la belle-sœur de Montesa lui avait donnée et qui, elle l’avoue, avait été abandonnée dans le placard pendant plus de deux ans.

Les pièces scintillantes, qui pourraient facilement être confondues avec des paillettes, ont été fabriquées à partir de la matière à l'intérieur des sacs de croustilles de pommes de terre.

La dentelle provient d'une blouse que la mère de Montesa avait à la maison, toujours dans le but de recycler au maximum.

Après avoir fait tout cela, le seul obstacle qui demeurait était la conception des accessoires. Les boucles d'oreilles (arracabades), broche (joja), collier, aiguilles de chignon (agulles) et peignes, éléments traditionnels du costume du festival, ont été tous faits entièrement de matières recyclées. « Les broches sont des aiguilles à tricoter de ma mère. Ils sont faits d'acier, qui n’est plus utilisé car il est plus lourd - maintenant ils préfèrent l'aluminium », a-t-elle expliqué.

Les fleurs qui ornent les boucles d'oreilles et le collier ont été faites à partir de capsules de café. Le tout orné de graines de tournesol peintes avec du vernis à ongles, créant un effet brillant.

Montesa a dit qu'elle avait beaucoup aimé faire la robe, et qu’elle allait en profiter encore plus quand elle la verra au festival. « La fille d'un ami va la porter pour l’occasion dans mon quartier ».

Cet article initialement publié sur le Huffington Post États-Unis a été traduit de l’anglais.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Marge Simpson porte des robes légendaires Voyez les images