NOUVELLES
08/03/2015 05:19 EDT | Actualisé 08/03/2015 05:22 EDT

Médecins: deux études du ministère concluent à une baisse de productivité

Cultura Science/Sigrid Gombert via Getty Images
Cropped close up of male doctor in clinic

Le ministre québécois de la Santé, Gaétan Barrette, s'appuie sur deux rapports pour dire que spécialistes et omnipraticiens travaillent moins qu'auparavant. Dans les deux cas, on indique que le nombre de jours travaillés et le nombre de consultations diminuent.

« Ces chiffres-là sont béton », estime Gaétan Barrette, qui parle d'une diminution plus marquée chez les généralistes. Les deux études s'appuient sur des chiffres de la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ) entre 1998 et 2012.

Dans certains cas, six méthodes de calcul différentes ont été utilisées pour dresser les constats. « Ce que ça montre, c'est que l'offre de service a diminué », indique Gaétan Barrette. Les omnipraticiens parlent d'une « normalisation » du rythme de travail. Et le président de la Fédération des médecins omnipraticien, Louis Godin, estime que les chiffres sont trompeurs.

Baisse de la charge de travail chez les spécialistes?

Le constat du ministère de la Santé est clair. « L'offre de services des médecins de spécialités médicales a diminué depuis cinq ans », écrit-on dans ce document bilan rédigé début 2014. Intitulé Mesure de la productivité : FMSQ, on y écrit que le nombre moyen de jours avec patient a reculé de neuf jours annuellement. Le nombre annuel de patients par médecin aurait aussi diminué de 5,7 %.

La tendance semble généralisée sauf pour certaines spécialités comme l'anesthésiologie où, depuis 1998-1999, on constate « une légère hausse du nombre moyen de jours ». Même chose chez les spécialités de laboratoire. Pour les spécialités chirurgicales, on constate des baisses, peu importe les critères utilisés selon le ministère.

On semble être face à une tendance lourde. La baisse s'est accélérée au cours de la fin de la période analysée soit entre 2005 et 2011. Contrairement à certaines idées reçues, à certains égards la baisse est plus forte chez les hommes que chez les femmes. Seulement trois des 17 spécialités analysées ont augmenté « le nombre de jours de facturation » entre 2005-2006 et 2010-2011.

Le document permet de constater l'impact du rattrapage salarial consenti aux spécialistes. Prenons en exemple la cardiologie. Entre 2005 et 2011, le nombre total de patients a augmenté de 9,6 %, le nombre de médecins a grimpé de 14,4 % et le montant total versé a lui augmenté de 61,2 %.

Une tendance qui s'observe aussi chez les omnipraticiens?

Le président de la Fédération des omnipraticiens reconnaît que la culture de travail change. Par exemple, quant au nombre de jours travaillés, Louis Godin dit : « J'ai une baisse d'activité, mais qui correspond à la même baisse au Québec qu'ailleurs au Canada ».

Un constat difficile à contrer en regard des données cumulées dans l'étude du ministère de la Santé intitulée Mesure de la performance : FMOQ. Six critères ou modes de calculs ont été utilisés. Peu importe l'approche de manière générale, on constate « une baisse du nombre de jours des médecins omnipraticiens ».

La méthode la plus large qui inclut tous les médecins et tous les modes de facturation arrive au constat suivant. Entre 1999 et 2012, la moyenne est passée de 214 à 196 jours, une baisse de 8,6 %.

Autre chiffre probant : la baisse du nombre de médecins travaillant moins de 150 jours par année. En 1999, seulement 13 % des médecins généralistes travaillaient moins de 150 jours par année. Treize ans plus tard, la proportion est passée à plus de 20 %. La proportion de ceux qui travaillent plus de 200 jours a aussi baissé. Le nombre total de consultations a également diminué. Entre 2006-2007 et 2010-2011, le nombre de « contacts patients » est passé de 23 à 22 millions, une diminution de 4,9 %.

Des chiffres trompeurs aux yeux de la FMOQ

Louis Godin pense qu'il faut pondérer les chiffres. Selon lui, le profil des patients a changé. Ils « sont plus malades et vont demander plus de temps pour être vus ». C'est ce que les médecins appellent « la lourdeur ». Gaétan Barrette n'est pas d'accord. « Rien n'indique que les médecins font plus de patients lourds qu'avant », martèle le ministre.

La FMOQ estime aussi que la délégation de certains actes à d'autres professionnels a une influence sur ces chiffres. « Nécessairement, comme médecin, je vais faire moins de "contacts bénéficiaires" parce qu'une partie des contacts que je faisais avant, je vais les déléguer à des gens qui viennent m'épauler ». Il évoque surtout des responsabilités conférées aux infirmières dans les groupes de médecine familiale.

La source du problème serait la hausse des salaires, estime Gaétan Barrette

Le ministre s'estime « en partie responsable » du phénomène. Gaétan Barrette avait négocié d'importantes hausses salariales lorsqu'il était président de la Fédération des médecins spécialistes. Sans dire que le « rattrapage salarial » était injustifié, il affirme que cela a permis à plusieurs médecins de travailler moins pour obtenir le même revenu.

« Les gens ont ajusté leur profil de pratique à un revenu qu'eux ont ciblé », ce qui expliquerait, selon lui, la diminution de l'offre de service. Des chiffres plus récents actuellement colligés par le ministère de la Santé indiqueraient que la tendance s'accentue depuis trois ans. Même si ses réformes sont l'objet d'une pluie de critiques, Gaétan Barrette affirme que les citoyens qui le rencontrent l'appuient. « Complètement. C'est toujours lâchez pas, lâchez pas lâchez pas », dit-il.

Un texte de Davide Gentile

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Top 5 des catégories de médecins les mieux payés (2014) Voyez les images