NOUVELLES
06/03/2015 03:54 EST | Actualisé 06/03/2015 03:54 EST

Produits forestiers Résolu : fermeture définitive de la machine à papier numéro 9 à l'usine d'Alma (VIDÉO)

La menace planait sur l'usine d'Alma depuis quelque temps déjà. Elle est confirmée : Produits forestiers Résolu confirme la fermeture définitive de la machine à papier numéro 9.

La machine d'une capacité de 75 000 tonnes assurait de l'emploi à 85 travailleurs. Elle produisait du papier à usages spéciaux.

Le porte-parole de PFR, Karl Blackburn, attribue une partie de la fermeture à la baisse de la demande de papier, mais surtout, il montre du doigt les groupes environnementaux, qui font pression auprès des clients de l'entreprise pour qu'ils changent de fournisseurs de papier.

« Il est clair que ça met en danger l'ensemble de l'industrie forestière au Québec. Et malheureusement, ce sont les communautés des régions du Québec qui paient le lourd prix des stratégies mensongères des activistes environnementaux. » — Karl Blackburn

Le président du syndicat CSN de l'usine Alma, Jean-Pierre Lebel, a appris en fin d'après-midi, jeudi, la nouvelle de la fermeture de la machine numéro 9.

S'il déplore la décision, il s'attend à ce que les négociations avec PFR réduisent à moins de 85 le nombre de pertes d'emplois.

Avant cette annonce, l'usine Alma employait 340 travailleurs et produisait 350 000 tonnes de papiers sur trois machines. La fermeture annoncée réduit donc la capacité de production d'un peu plus de 20 %.

Réactions de consternation

À Alma, c'est la consternation. Le maire, Marc Asselin, qui a travaillé à la papeterie pendant 36 ans, dit penser d'abord à ses ex-collègues et à leurs familles, affectés par la décision.

En mission économique en France avec le premier ministre Couillard, il montre aussi du doigt les groupes environnementaux qui font la vie dure à PFR, et particulièrement Greenpeace.

Si, « sous le coup de l'émotion », dit-il, il a qualifié le groupe de « terroriste », terme qu'il dit regretter, il n'en reste pas moins, selon lui, que la campagne menée auprès des clients de PFR rend la situation intenable.

« Je me demande en bout de ligne quand ça va s'arrêter ces exigences de plus en plus radicales, et qui sont quasi impossibles à réaliser à moins de mettre les gens à la rue. » — Marc Asselin

Le député péquiste de Lac-Saint-Jean et candidat à la direction du parti, Alexandre Cloutier, évoque prudemment la question de Greenpeace, mais déplore aussi d'avoir été mis devant le fait accompli par l'entreprise qui, selon lui, avait habitué les élus à une meilleure communication.

« Je me retrouve comme tout le monde pris par surprise. On n'a pas vu ça arriver. Par le passé, on avait réussi à se parler. La compagnie ne nous a pas appelés pour nous informer de ça. » — Alexandre Cloutier

3M joint la campagne de boycottage des produits de PFR

Pendant ce temps, la multinationale 3M annonce qu'elle demande à ses fournisseurs de papier de ne plus s'approvisionner chez PFR, à moins que celle-ci change ses pratiques en matière de récolte forestière.

Cette décision de 3M va dans le même sens que celles annoncées ces derniers mois par Canadian Tire, Best Buy et la chaîne de pharmacies CVS, qui refusent désormais que le papier de PFR serve pour l'impression de leurs circulaires.

Pour voir le bulletin complet ou pour d’autres vidéos de l’émission Ça commence bien!, rendez-vous sur le site de V Télé.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Chômage au Canada: classement par province Voyez les images