NOUVELLES
06/03/2015 07:38 EST | Actualisé 06/03/2015 07:40 EST

Une mosquée illégale à Montréal contestera son avis d'expulsion

Radio-Canada

Une mosquée de Montréal va contester l'avis d'expulsion que lui a fait parvenir l'arrondissement de Saint-Laurent, le 6 février dernier. Selon les autorités, la mosquée Al-Andalous, qui accueille environ un millier de fidèles à la prière du vendredi dans ses locaux du boulevard Décarie, a exploité un lieu de culte dans un secteur où le règlement de zonage l'interdit.

Un texte d'Éric Plouffe

L'Association des sciences islamiques au Canada, qui gère la mosquée Al-Andalous, affirme avoir fait une demande de certificat de lieu de culte à la fin 2012.

Selon des documents de l'association, le choix de l'arrondissement de Saint-Laurent est « né d'un besoin de la communauté, vu que la présence des musulmans dans l'arrondissement croît d'année en année ».

La demande a été rejetée en mai 2013 et un avis d'expulsion lui a été signifié. « Quand nos services ont visité le lieu, on a découvert que la grande partie des activités était plus liée à un lieu de culte », explique le maire de l'arrondissement de Saint-Laurent, Alan DeSousa.

« On les a avertis qu'ils n'étaient pas au bon endroit et qu'ils devaient en trouver un autre pour exercer leurs activités. » — Le maire de l'arrondissement de Saint-Laurent, Alan DeSousa

Depuis le rejet de leur demande au printemps 2013, il y a eu plusieurs échanges de lettres entre les administrateurs de la mosquée et les autorités de l'arrondissement pour tenter de trouver un nouveau local.

Ces échanges se sont conclus il y a quelques semaines avec l'émission d'un dernier avis demandant à l'association qui gère la mosquée de « quitter les lieux dans le délai prévu », soit avant le 3 avril prochain.

« On a été très permissif et gentil avec eux en donnant le temps, depuis 2013, de trouver un autre endroit soit sur notre territoire, soit le territoire voisin », indique Alan DeSousa. « On a vu que ça n'allait nulle part ».

Les administrateurs de la mosquée affirment pour leur part qu'on leur a proposé des locaux trop petits ou dont le règlement de zonage ne permettait pas l'implantation d'un lieu de culte. Ils vont contester l'avis d'expulsion auprès des élus municipaux.

Fermer la mosquée est une mauvaise idée, dit Haroun Bouazzi

L'Association des musulmans et des arabes pour la laïcité au Québec, qui les soutient dans leurs démarches, juge que la fermeture de la mosquée est une mauvaise idée.

Elle craint que cela ne mène à une situation semblable à celle vécue en France. « Il faut éviter ce qui s'est passé en France où justement il n'y a pas eu de nouveaux lieux de culte », explique le co-président de l'Association des musulmans et des arabes pour la laïcité au Québec, Haroun Bouazzi.

« Il n'y a pas eu d'espaces pour les musulmans et on s'est retrouvé avec des mosquées qui sont surchargées et des personnes qui commencent à faire leur prière dans la rue devant la mosquée le jour du vendredi parce qu'il n'y a pas d'espaces prévus. Les gens voient cet Islam qui est en train d'envahir la société », a-t-il plaidé.

Si la mosquée poursuit ses activités au-delà du 3 avril, l'Association des sciences islamiques au Canada risque de recevoir chaque jour une amende minimum de 700$ à laquelle vont s'ajouter des frais de près de 300$.

Les gestionnaires de la mosquée ont par ailleurs refusé de nous accorder une entrevue.