NOUVELLES
06/03/2015 07:52 EST | Actualisé 06/05/2015 05:12 EDT

Le commandant de terrain du Front Al-Nosra serait mort dans une frappe aérienne

BEYROUTH - La filiale syrienne du groupe terroriste Al-Qaïda a confirmé vendredi que son plus haut commandant de terrain a été tué par un bombardement aérien qui visait une réunion de la haute direction du groupe.

Abu Anas al-Shami, le porte-parole du Front Al-Nosra, a été cité par un important site djihadiste disant qu'une frappe jeudi dans la province d'Idlib, dans l'ouest syrien, avait tué le commandant militaire Abou Houmam Al-Chami.

L'agence de nouvelles d'État SANA et l'Observatoire syrien pour les droits de l'homme ont également rapporté le décès. Selon l'Observatoire, basé à Londres, d'autres dirigeants du Front Al-Nosra ont été tués.

On ignore ce qu'il est advenu du chef du groupe, Abou Mohammad Al-Joulani, qui, selon l'Observatoire, se trouvait dans le coin où l'attaque a eu lieu. Sur le site web, le porte-parole du Front cité indique que trois autres personnes sont mortes, dont deux gardes du corps d'Abou Houmam Al-Chami. Le troisième mort n'a pas été identifié.

Il y a également confusion sur qui a mené l'attaque aérienne. SANA affirmait qu'il s'agissait que l'armée syrienne, alors que le Front Al-Nosra soutenait que c'était une opération de la coalition internationale. Les deux ont l'habitude de viser des positions du groupe terroriste.

L'attaque représente un dur coup pour le Front, à un moment où le groupe est parvenu à consolider son pouvoir dans certaines parties du nord de la Syrie. Récemment, les combattants du Front Al-Nosra ont conquis des campements du mouvement rebelle Hazm, un groupe soutenu par les États-Unis. Ils se sont emparés d'armes soi-disant américaines. Le mouvement Hazm s'est dissous après cette défaite.

Le Front Al-Nosra est également un rival du groupe armé État islamique, qui contrôle maintenant environ le tiers de la Syrie et de l'Irak, bien qu'il arrive à l'occasion aux deux groupes de collaborer sur des opérations.