NOUVELLES
06/03/2015 05:10 EST | Actualisé 05/05/2015 05:12 EDT

Irak: l'armée augmente son offensive contre l'État islamique à Tikrit

BAGHDAD - Les forces armées irakiennes ont augmenté la pression contre les djihadistes de l'État islamique dans les faubourgs de Tikrit, une ville importante de l'Irak, au lendemain du saccage par les militants d'un important site archéologique.

La bataille de Tikrit, la ville natale de Saddam Hussein, est importante pour tester les capacités de l'armée irakienne et des milices qui l'appuient. La ville située à 130 kilomètres au nord de Bagdad est sous le contrôle des rebelles djihadistes depuis le mois de juin dernier.

Le gouverneur Raed al-Jabouri s'attend à ce que les forces irakiennes puissent entrer à Tikrit ce vendredi. Si l'opération réussit, les militaires et leurs alliés pourraient ensuite tenter de reprendre Mossoul, plus au nord, la deuxième ville d'Irak.

Plus tôt cette semaine, l'offensive pour reprendre Tikrit aux insurgés a été ralentie par des mines artisanales et des attaques-suicides. Malgré l'aide de milices chiites appuyées par l'Iran, de conseillers iraniens et de combattants tribaux sunnites, les forces gouvernementales n'avaient réalisé avant vendredi que de minces progrès.

À Paris, le chef de l'UNESCO a déclaré que la destruction délibérée du site archéologique de Nimrud était l'équivalent d'un crime de guerre et a encouragé la population mondiale, «particulièrement les jeunes», à protéger «l'héritage de l'humanité entière».

La découverte des tombeaux royaux dans les années 1980 est considéré comme l'une des découvertes archéologiques les plus importantes du 20e siècle. Ces tombeaux qui datent de près de 3000 ans ont été comparés à la tombe de Toutânkhamon en Égypte.

La semaine dernière, ce sont des statues très anciennes de l'époque assyrienne qui ont été détruites par les militants, à Mossoul.

Également jeudi, les militants ont mis le feu à des puits de pétrole à l'extérieur de Tikrit, selon un responsable du pétrole du pays. L'épaisse fumée produite par le feu serait un moyen de nuire à la visibilité pour les avions du gouvernement qui mène des frappes aériennes.

Le gisement Ajeel, situé à environ 35 kilomètres au nord-est de Tikrit, était l'un des quatre derniers champs de pétrole saisis par les militants. Le pétrole qu'ils vendent illégalement leur permet de se financer.

Le Canada participe, depuis cinq mois, à une mission de bombardements aériens contre l'État islamique en Irak, en fournissant six appareils CF-18 ainsi que des avions de ravitaillement et de surveillance, en appui aux militaires des autres pays.