DIVERTISSEMENT
06/03/2015 09:58 EST | Actualisé 07/03/2015 06:34 EST

«But wait... there's more» de Circus Oz: la déception de l'année à la TOHU (CRITIQUE/PHOTOS)

Rob Blackburn

Un an après avoir rédigé une critique peu reluisante de la première production de la troupe australienne Circus Oz à Montréal, From the ground up!, l’auteur de ces lignes s’est préparé mentalement pour la première de But wait… there’s more. Il s’est assuré d’amener son cœur d’enfant, il a pris la peine d’effacer ses mauvais souvenirs et il a même cru assister à un début de spectacle enlevant. Mais tout a fini par se gâcher... La nouvelle création de la troupe australienne est encore plus laborieuse que la précédente.

Galerie photo «But wait... there's more» de Circus Oz à la TOHU Voyez les images

Rendons à César ce qui revient à César: les acrobates de Circus Oz sont franchement attachants. Dès l’instant où les spectateurs s’assoient dans la salle, les artistes déambulent parmi eux pour rigoler, flirter et se moquer de leur propre accent.

Cette attitude bon enfant se transporte sur scène et se transforme en exubérance typiquement australienne. Tout au long de la représentation, les Aussies nous donnent l’impression de se foutre complètement de ce que les gens pensent d’eux, illustrant sans trop d’effort la dynamique de leur population insulaire confinée dans un coin éloigné de la planète.

Fiers partisans de la diversité, les membres de Circus Oz ne représentent pas exactement l’image typique que certains se font des troupes de cirque : les muscles saillants y côtoient les ventres rebondis, alors que les cheveux grisonnants offrent un contraste aux chevelures rouge et platine, ainsi qu’aux barbes roses.

Le clou du spectacle

Après une ouverture tout en acrobaties, la circassienne à la crinière rouge exécute un brillant numéro de cerceaux. Même si les premiers instants sont peu originaux – quoique ponctués d’expressions faciales à la Amanda Bynes sur l’acide – le reste est à couper le souffle : la jeune femme fait le tour de la scène en accueillant les dizaines de cerceaux que ses collègues lancent au-dessus de sa tête, en continuant d’avancer et de faire tournoyer les bouts de plastique.

À notre plus grand désarroi, il s’agit du numéro le plus relevé de la soirée! Avons-nous besoin de préciser qu’une production qui plafonne après un numéro de cerceaux (!) ne passera pas à l’histoire?

Puisque Circus Oz ne prend pas la peine d’élaborer une histoire, un fil conducteur ou une courbe dramatique, les amateurs sont en droit d’espérer des numéros techniquement époustouflants ou un tant soit peu originaux. Mais il n’en est rien.

Le spectacle se poursuit avec un passage de sangles aériennes ordinaire, un numéro de monocycle qui ne révolutionne rien, des transitions qui alourdissent le rythme du spectacle, des chansons à répondre peu enlevantes, un numéro de trapèze de niveau scolaire, et même des costumes de clowns qui rappellent les personnages d’Orange mécanique

Alors que la première partie nous avait soutiré quelques sourires, la deuxième nous a laissés dans la plus plate indifférence. Quand on sait que les dirigeants de Circus Oz souhaitent revenir chaque année à la TOHU, on ne peut faire autrement que de leur conseiller de réviser leurs plans…

« But wait… there’s more » est présenté à la TOHU du 5 au 15 mars 2015. Cliquez ici pour plus de détails.