Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

«Dead Drops» : Le mouvement à contre-courant du nuage informatique

À l'époque du nuage informatique, cette façon de conserver en ligne des documents et informations plutôt que sur un disque dur, le projet Dead Drops va à contre-courant en nous invitant à cimenter nos données. Littéralement.

Ce projet vise à installer à travers le monde des répertoires de fichiers — en simple, des clés USB — dans des endroits publics, la plupart du temps bien ancrés dans le béton.

L'idée vient de l'artiste allemand Aram Bartholl qui a imaginé Dead Drops lors d'une résidence artistique à New York, il y a presque cinq ans.

Du manifeste de Dead Drops (traduction de l'anglais) :

Dead Drops est un réseau de partage de fichiers anonyme, hors-ligne et d'utilisateur à utilisateur dans l'espace public. N'importe qui peut accéder à un dead drop, et n'importe qui peut en installer un dans son quartier. [...] Chaque dead drop est isolé des autres et n'est pas mis en réseau avec les autres. [...] À l'époque des nuages grandissants et des nouveaux gadgets de fantaisie sans accès à des fichiers locaux, nous devons repenser la gratuité, la liberté et la distribution des données.

Les connaisseurs du jargon du web qualifieraient ainsi Dead Drops de P2P-IRL (peer-to-peer [pair à pair] in real life [dans la vraie vie]). Une idée intéressante et qui prend de plus en plus d'ampleur. Toutefois, ne nous demandez pas ce que vous trouverez sur les clés USB : le seul moyen de savoir, c'est de les brancher un appareil électronique.

Accédez ici à la base de données indiquant les lieux connus de Dead Drops.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.