NOUVELLES
28/02/2015 05:48 EST | Actualisé 28/02/2015 05:59 EST

Un projet de tunnel reliant le Québec à Terre-Neuve est étudié

Radio-Canada.ca

Des élus de la Basse-Côte-Nord rêvent de relier le Québec à Terre-Neuve grâce au prolongement de la route 138 et à la construction d'un tunnel entre les deux provinces. Un projet réalisable?

Las d'attendre d'être reliés au reste du Québec par une route, les élus de la Basse-Côte-Nord réclament l'aide du Canada pour prolonger la 138.

La Conférence régionale des élus de la Côte-Nord demande à Québec d'entamer des discussions avec Ottawa afin que la route 138, sur la Côte-Nord, soit reconnue comme partie du réseau routier national.

Le projet de la 138 profiterait ainsi du nouveau plan Chantiers Canada. Ce programme fédéral vient d'obtenir, pour les 10 prochaines années, 47 millions de dollars en nouveaux fonds dédiés à la construction d'infrastructures de transport.

Les élus demandent que le prolongement de la 138, sur presque 400 km, se fasse d'ici 2024 ou avant. La route 138 se termine actuellement à Kegaska, à l'est de Natashquan. La douzaine de villages plus à l'est sont coupés du reste du Québec, isolés les uns des autres.

1 milliard de dollars pour prolonger la 138

Le ministre québécois des Transports, Robert Poëti, évalue que le prolongement de la route coûterait 1 milliard de dollars. Or, aucun développement minier n'est prévu, et le projet de centrale hydro-électrique sur la rivière Petit-Mécatina est sur les tablettes. Il s'agit donc d'une somme importante pour désenclaver cette région peu habitée.

En 2006, le gouvernement Charest avait promis 220 millions pour commencer à construire cette route; un projet qui devait être réalisé par un regroupement de municipalités, Pakatan Meskanau de la Grande Séduction.

Mais après avoir dépensé 47 millions de dollars, les travaux ont été arrêtés, et Pakatan a fait faillite. Seulement 12 km de route ont été construits, dont le tronçon qui part de Gros-Mécatina et qui ne mène nulle part. Les résidents demeurent isolés et impatients d'être reliés au reste de la province.

Mais est-ce raisonnable de dépenser 1 milliard de dollars pour désenclaver une région où vivent seulement 5000 habitants?

Une route bien achalandée?

Des élus de la Basse-Côte-Nord avancent que cette route serait profitable, car elle serait utilisée par les Terre-Neuviens.

Si la route se rendait jusqu'à Blanc-Sablon, il n'y aurait qu'un tunnel de 12 km à construire, ou un traversier à mettre en place, pour atteindre Terre-Neuve. Cela inciterait tout le camionnage qui alimente l'île à utiliser cette nouvelle voie plus courte pour se rendre dans les centres urbains du Canada.

Le maire de Blanc-Sablon, chef-lieu de la Basse-Côte-Nord, affirme que la route 138 serait une des routes les plus payantes dans l'histoire du Québec.

« Il y a le lien possible avec l'île de Terre-Neuve, où vivent 500 000 personnes, qui attendent juste une sortie raisonnable pour se rendre dans l'est de l'Amérique du Nord. Et cette route-là serait occupée, très occupée. »

— Armand Joncas, maire de Blanc-Sablon

Des discussions sont en cours avec les résidents du Labrador terre-neuvien pour obtenir un lien entre la Basse-Côte-Nord et l'île de Terre-Neuve.

Le maire Joncas explique que les Terre-Neuviens attendent que le projet de prolongement de la 138 se concrétise pour de leur côté construire un tunnel qui relierait les deux provinces. « C'est la seule province au Canada qui n'est pas liée à la terre ferme. Il y a juste 14 km, juste 9 milles entre Terre-Neuve et la terre ferme. À peu près 14 km de tunnel, qui est facile à faire. »

L'endroit où le tunnel devrait être construit a déjà été identifié : de Yankee Point, sur l'île de Terre-Neuve, à Pointe Amour, au Labrador.

Le gouvernement terre-neuvien a déjà fait faire une étude de préfaisabilité. La construction d'un tunnel a alors été évaluée à 1,7 milliard de dollars. En 2010, les ministres des Transports des deux provinces avaient alors amorcé des discussions à cet effet. Le gouvernement Charest avait annoncé son Plan Nord et mis de l'argent pour le prolongement de la route 138.

Le projet de tunnel a été abandonné par la suite, avec les changements de gouvernement, mais un comité de citoyens québécois et terre-neuviens tente de faire renaître l'idée.

Le maire de Saint-Augustin y croit aussi. Son village est entièrement isolé des autres communautés de la Basse-Côte-Nord. Pire, la rivière Saint-Augustin complique la vie des résidents. D'un côté, le village de pêcheurs, l'épicerie et la caisse; de l'autre côté de la rivière, une communauté innue, l'aéroport et le quai.

Un aéroglisseur transporte les résidents et le matériel d'une rive à l'autre depuis deux ans, mais le service est interrompu dès que les vents sont forts. Souvent, les gens traversent par leurs propres moyens, à leurs risques et périls.

« Combien vaut une vie? Plusieurs personnes se sont noyées ici pour aller faire l'épicerie ou travailler. La route n'est pas seulement pour 5000 habitants, mais pour une centaine de milliers de personnes qui traverseraient le territoire. C'est un projet économique pour le Québec entier. »

— Glen McKinnon, maire de Saint-Augustin

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Les 10 plus belles routes panoramiques au Canada Voyez les images