NOUVELLES
28/02/2015 10:31 EST

24 heures en 60 minutes: l'intense entrevue d'Anne-Marie Dussault avec l'imam Adil Charkaoui (VIDÉO)

La journaliste Anne-Marie Dussault a reçu vendredi le controversé imam Adil Charkaoui sur le plateau de l'émission 24 heures en 60 minutes afin de le questionner sur le contenu du site web du centre communautaire islamique de l'est de Montréal. Une entrevue que certains internautes ont qualifiée de «pièce d'anthologie».

Questionné en soirée par Anne-Marie Dussault qui lui demandait s'il condamnait le groupe armé État islamique et les décapitations, Adil Charkaoui a déclaré qu'il était contre toute forme de violence, tout en soutenant qu'il n'avait pas à condamner en son nom l'État islamique.

« Est-ce que je peux vous entendre dire : nous condamnons le groupe armé État islamique? », a demandé l'animatrice à M. Charkaoui. « Pourquoi vous me le demandez à moi? », a-t-il rétorqué.

« C'est ça l'islamophobie : c'est nous prêter des intentions, ensuite, nous demander de nous justifier tout le temps. Alors moi je vous le dis : la communauté est tannée. On n'en peut plus », a-t-il dit, avant de préciser plus tard qu'il considérait effectivement que toute forme de violence était prohibée.

« Je suis contre toute forme de violence, que ce soit des bombardements sur des civils, que ce soit le phosphore blanc qui brûle les enfants de Gaza, que ce soit les décapitations... toute forme de violence est interdite. »

— Adil Charkaoui

Adil Charkaoui a annoncé vendredi qu'il songeait à poursuivre en justice le Collège de Maisonneuve et le Collège de Rosemont au lendemain de la suspension par les deux établissements des contrats de location qu'ils avaient conclus avec l'École des compagnons.

Il croit que les cégeps ont basé leur décision sur des faits erronés.

« Nous rejetons catégoriquement cette suspension et l'École des compagnons se réserve le droit de poursuivre en justice les deux établissements scolaires [...] pour les dommages et pour toutes pertes subies. »

— Adil Charkaoui

Jeudi, la direction du Collège de Maisonneuve a expliqué être tombée sur « une vidéo qui faisait la promotion de valeurs différentes des nôtres et dans laquelle on tenait des propos inappropriés ». Cette découverte, ainsi que d'autres documents publiés sur le site Internet du Centre communautaire islamique de l'Est de Montréal présidé par Charkaoui, a motivé la décision du cégep de suspendre le bail.

Avec les informations de Radio-Canada.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST