NOUVELLES
28/02/2015 04:01 EST | Actualisé 30/04/2015 05:12 EDT

Des écologistes tentent de pertuber une réunion du CIO à Rio

RIO DE JANEIRO - Des écologistes se sont invités samedi dans le lobby d'un hôtel luxueux de la plage de Copacabana, à Rio, où les responsables du Comité international olympique (CIO) se rencontraient, pour protester contre la destruction écologique qu'entraîneraient les Jeux olympiques de 2016.

Des gardes de sécurité ont tenté de bloquer l'entrée au petit groupe, mais au moins deux femmes ont réussi à pénétrer dans l'hôtel alors que le président du CIO, Thomas Bach, était en réunion avec le comité exécutif sur un autre étage.

L'une des manifestants, brandissant un drapeau des anneaux olympiques, criait à propos de la destruction d'une réserve naturelle dans l'ouest de Rio, où un terrain de golf est construit. Elle a aussi évoqué les retards constants du nettoyage des cours d'eau pollués de la ville.

Elle soufflait dans un sifflet alors que les gardes tentaient de la maîtriser. D'autres manifestants à l'extérieur de l'hôtel tenaient des bannières, dont une qui disait: «Shoah écologique. CIO rentre chez toi.»

Quelques minutes après le début de la manifestation, environ une dizaine de policiers ont formé une ligne devant la porte de l'hôtel.

L'événement a été vu par des dizaines de journalistes de partout dans le monde qui attendaient le début d'une conférence de presse donnée par M. Bach.

Durant la conférence, il a été questionné sur l'impact environnemental de plusieurs nouvelles salles et installations, et sur les retards de nettoyage des cours d'eau. Il a affirmé que sans les Jeux, rien ne serait fait.

«Sans les jeux, tout cela ne serait pas arrivé, a-t-il dit. Alors c'est une preuve claire de l'héritage positif que ces jeux laissent à l'infrastructure, la société et les régions environnementales.»

Mark Adams, le chef des communications du CIO, est descendu dans le lobby pour parler durant plusieurs minutes avec la manifestante au sifflet. Il lui a offert de demeurer en contact pour la suite des choses.