NOUVELLES
26/02/2015 08:00 EST | Actualisé 26/02/2015 08:00 EST

Journaliste canadien retenu en Egypte: son avocate Amal Clooney en appelle à Harper

Anadolu Agency via Getty Images
STRASBOURG, FRANCE - JANUARY 28: Lawyer Amal Alamuddin Clooney arrives for the hearing in the case Perincek vs Switzerland, at the European Court of Human Rights (ECHR) in Strasbourg, France on January 28, 2015. The European Court of Human Rights holds a Grand Chamber Hearing in the case between Turkish national and Chairman of Turkish Workers' Party Dogu Perincek and Switzerland concerning freedom of expression. Perincek found guilty of racial discrimination in Switzerland for describing so-called Armenian genocide as 'international lie.' (Photo by Mustafa Yalcin/Anadolu Agency/Getty Images)

L'avocate Amal Clooney, représentant le journaliste canadien d'Al-Jazeera Mohamed Fahmy, en liberté conditionnelle en Egypte dans l'attente d'un nouveau procès, a demandé jeudi au Premier ministre canadien Stephen Harper d'intervenir auprès des autorités égyptiennes pour obtenir le rapatriement de son client au Canada.

Amal Clooney, qui est aussi la femme de l'acteur américain George Clooney, a exprimé dans un communiqué sa frustration face aux "gémissements penauds" de la diplomatie canadienne dans ce dossier et son incapacité à mettre fin au calvaire de son client.

L'avocate fait référence à une déclaration de la secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères chargée des affaires consulaires, Lynne Yelich, qui avait salué le 12 février l'annonce de la remise en liberté conditionnelle de M. Fahmy après plus de 400 jours de détention, tout en jugeant "inacceptable" qu'il doive subir un nouveau procès.

"De tels gémissements penauds sont totalement inadéquats lorsque vient le temps d'obtenir l'application d'un accord convenu avec un Etat souverain pour la libération d'un citoyen", a estimé l'avocate et militante des droits de l'Homme.

Me Clooney a rappelé que son client avait été contraint de renoncer à sa citoyenneté égyptienne afin, pensait-il, de bénéficier d'une nouvelle loi permettant l'expulsion sine die des étrangers poursuivis par la justice, comme a pu en profiter au début du mois son collègue australien d'Al-Jazeera, Peter Greste. "Le gouvernement canadien a aussi reçu des assurances du gouvernement égyptien que (...) son départ (vers le Canada) était imminent", a-t-elle soutenu.

MM. Fahmy et Greste, ainsi que leur confrère égyptien Baher Mohamed, avaient été arrêtés en décembre 2013 et accusés de soutenir la confrérie islamiste des Frères musulmans. Lors d'un premier procès en juin dernier, MM. Fahmy et Greste avaient écopé sept ans de prison et M. Mohamed de dix ans. Mais ces condamnations ont été annulées en janvier par la Cour de cassation qui a ordonné un nouveau procès. Celui-ci a depuis été ajourné au 8 mars.

Il est temps, poursuit Me Clooney, que le gouvernement canadien assume entièrement ses responsabilités dans cette affaire.

"Il n'y a aucun obstacle juridique à son transfert immédiat vers le Canada. Le Premier ministre canadien a jusqu'à maintenant fait la sourde oreille aux appels de la société canadienne et de politiciens pour qu'il prenne le téléphone et intervienne personnellement dans cette affaire", a-t-elle déploré.

Me Clooney est en attente d'un visa pour l'Egypte où elle compte se rendre pour obtenir "un règlement rapide et complet de cette affaire".

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Amal Alamuddin Clooney Voyez les images